Skip to content

An initiative to recover the milliers of tennis balls

An entrepreneur and passionné of tennis from Québec is donne for the purpose of facilitating the recovery and reuse of balls. Car si ces petites boules jaunes peuvent semble inoffensives, elles sont en fait grandement polluantes.

• À lire also – Omnium Banque Nationale: de grosses pointures du tennis à Montréal

Composed mainly of caoutchouc, a ball met près 400 years à decomposer. Chaque année au pays, they are at least 9 million à être utilisées par des joueurs récréatifs.

«Pour donner una image environnementale forte, une balle de tennis et un pneu, c’est presque la même chose. The problem is the même pour les deux. On ne peut pas les fouir, car ça crée des émanations et des gaz à effets de serre”, vulgarizes Pierre Langlois, the president of Recycle Balles Canada.

Travaillant lui-même dans le domaine environnemental, M. Langlois a voulu find a solution in order to donner une seconde vie à ces petits objets jaunes, au moment où l’engouement pour le tennis grandit au Canada.

Ancien joueur et fondateur du program de tennis du Rouge et Or de l’Université Laval, M. Langlois s’est inspired d’une compagnie américaine appelée Recycle Balls.

Celle-ci récupère les balles de tennis ramasées dans les clubs de États-Unis – around 3 million par année – et par le biais de son usine basee à Burlington, les décape et les broie.

The matière qui est alors créée peut être utilisée de différentes façons. Elle peut notamment être intégrée dans la peinture des tennis courts, in order to render the surface plus spongieuse.

It is the one that is used on the terrains of the Internationaux des États-Unis, in New York, and the one that will be on the new terrains of Stade Sobeys, in Toronto.

Des clubs près de courts

The entrepreneur is seriously inspired by Recycle Balls: he collaborated with the entrepreneur after three years, since there are no similar factories in Canada.

Il a mis sur pied Tendev, an organization sans but lucratif que gère le projet ici.

In order to recover the petites balles jaunes des joueurs québécois, M. Langlois had to come to the recycling bins of the compagnie américaine. Offertes au coût de 15 $ (que servent à payer le transport) à chaque club or individual que souhaite s’en procurer, elles permettent de récolter 200 balles.

«On ne profite pas du même fiscal avantage qu’aux États-Unis, alors on doit vendre les boîtes. Pour l’instant, on n’a pas de commanditaire majeur qui nous permet d’assumer ces frais, on y va avec le principe de l’utilisateur-payeur», souligne-t-il.

Tours of Montreal and Toronto

Comme il n’existe pas d’usine permettant de les transformer au Canada, elles sont retournées aux États-Unis.

L’an dernier, ce sont plus de 50,000 balles que ont été récoltées à travers différents clubs du Québec. Du lot, 15,000 ont été recovered at the end of the Montreal and Toronto tours, Tennis Canada étant partenaire de l’aventure.

«Cette année, on vise environ 200,000 balles», souhaite M. Langlois.

Il aimerait exporter le projet en Ontario

Pierre Langlois souhaites that all indoor tennis clubs in Québec adhere to the Recycle Balls initiative for the end of the year.

Ils sont déjà quelques-uns à détenir des boîtes de récupération. C’est le cas au Stade IGA de Montréal et au club de tennis 3R de Trois-Rivières.

Après cela, l’homme d’affaires aimerait exporter son projet hors de la frontière Québécoise, soit à Ottawa et à Toronto.

Plus dur dehors

For the instant, it is more difficult to implant the recovery clubs on the external terrain.

Les boîtes étant en cardboard, les-mêmes récupérables, les risquent de disagréger après des averses, ou encore, d’être volées.

Malgré ces inconvénients, quelques clubs de Québec participate à l’initiative. C’est notamment le cas du Club de tennis du Tracel, dans le quartier Cap-Rouge, à Québec.

It is described as pro-environnement, Claude Bazin, the president of the club, adheres to the project after the dernier.

In boutique also

Mais M. Langlois found a solution to exchange for the joueurs de tennis désireux de récupérer leurs balles.

Des boîtes ont été installed in the specialized boutiques Tenniszon, in the Montréal region, and Fradette Sport, in Québec.

Leave a Reply

Your email address will not be published.