Skip to content

“Combattantes”, une BD documentary retrace le parcours sinueux des femmes pour pratiquer librement leur sport

They’re from “combatants”. Ces “combatants”, ce sont ces femmes qui ont lutté, in France et ailleurs dans le monde, pour avoir le droit de pratiquer un sport, et de surcroît celui qu’elles affectionnaient: le rugby. Cette histoire est racontée dans la BD documentary Fighters. Rugby, a historical past of ladies (Ed. Actes sud, €23 in bookstore) by the creator Isabelle Collombat and the illustrator Sophie Bouxom.

Extract from the documentary database

A elles deux, dans un texte très pédagogique, mais parfois trop succinct, mixed à des dessins réalisés avec expertise, elles retracent la lignée de ces “fighters“, do not l’équipe de France rugby girl, at the moment engaged within the World Cup, is the hero. Depuis les années 1920, ces pioneers ont combattu pour pouvoir pratiquer ce sport dans des circumstances décentes, former des équipes et organiser des compétitions.

Du premier match de barette in 1922, l’ancêtre du rugby, à l’obtention du statut de sportives de haut niveau in 2001, en passant par l’intégration du rugby féminin au sein de la Fédération française de rugby (FFR) in 1989 , le chemin a été lengthy. Ces femmes qui ont œuvré pour son développement, dont a number of portraits sont à découvrir au fil de la lecture, ont dû progressivement s’affranchir des préjugés de la société patriarcale et de la domination masculine.

Should you assist girls peuvent freely to do sportive self-discipline, they didn’t exist for the previous yr 1970, or the rugby youths are concerned about training, enjoying for males “trop ​​dangereuse”, et “pas assez female”. On and discovered by the secretary of the State, auprès du Premier minister chargé de la Jeunesse, des Sports activities et des Loisirs de l’époque, Marceau Crespin, declared: “I believed that rugby, a contact sport demanding de qualités d’endurance, de robustesse foncière et de virilité, est contra-indicado pour les jeunes filles et les femmes pour des raisons psychologiquement évidentes… Additionally, je vous demande [lettre adressée aux préfets] Of ne pas les aider, nor à plus forte raison de patronner les équipes de rugby féminin.”

A travers cet ouvrage, on découvre le parcours de joueuses de rugby qui ont lutté pendant des décennies pour pratiquer leur discipline librement.  (ACTES SOUTH)

Alors, les sportives bravent l’interdiction et optent pour la débrouille with a view to proceed to jouer de manière illégale. The system D additionally issues the monetary facet, for the reason that golf equipment don’t acknowledge on the time a subvention for the feminine filière. Ils doivent donc trouver des financements par leurs propres moyens pour payer les licences, les équipement et les déplacements. To the purpose that le rugby leur coûte plus qu’il ne leur rapporte. What matter, the envie is the one and the perseverance permits Gagner to respect the leurs homoogues masculins et l’engouement de la société with a view to create the premiere Coupe du monde de rugby féminin, in 1991 (quatre ans après les hommes), et d’entamer une professionnalisation.

L’ouvrage, qui accroche le lecteur dès les premières pages, regorge d’anecdotes. Comme celle où l’on apprend que en 1982, date de la naissance de l’équipe de France féminine, les maillots des Bleues n’affichent pas le coq, l’emblème tricolore, pourtant conspicuous sur celui des hommes. Il faudra attendre la fin des années 1990 pour que le fameux symbole apparaisse officiellement sur leur tunique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *