Skip to content

Remark le Boxing membership de Wasquehal a pris trois jeunes Ukrainiens sous son aile

After the debut of the Russian-Ukrainian battle, three younger Ukrainiens rejoined the Wasquehal boxing membership. Malgré le soutien des autres boxeurs, ils nourrissent l’envie de rentrer chez eux.



Studying occasions:
3 minutes


Ils sont partis de chez eux quand des frappes aériennes russes ont commenced à toucher leur chez-eux: Dnipro, grande ville de l’est de l’Ukraine. The date of 11 March, celle de leur départ, semble grave dans leur mémoire. Ce n’est que peu de temps après celle-ci que Serhii and Kateryna, frère et sœur, are arrived in France. Aujourd’hui ils sont hébergés à Leers et le soir, ils font du sport à Wasquehal.

« La mairie et des familles s’occupent d’accueillir des réfugiés, alors nous aussi on prend notre half », declares the entraîneur of the Wasquehal Boxing membership, Ali Negab. Lui ne parle ni anglais ni ukrainien et pourtant, il est heureux de dire que l’intégration des deux nouveaux membres du groupe s’est bien passée. « Ils faisaient déjà de la boxe chez eux alors avec des gestes ils understanding, ils saving quoi faire. » Infrequently, a phone or the assistance of a license to translate is all very helpful.

Malgré l’accueil, l’envie de rentrer

Du haut de ses 14 ans, Serhii est plus dancer what a boxer : « Je faisais du hip-hop avant. Là j’en fais à Roubaix mais ce n’est qu’une fois par semaine alors plutôt que de rester assis à la maison, je viens ici. »Il apprécie malgré tout la self-discipline, mais certainement pas autant que sa frangine de him. Malgré des échanges dans un anglais approximatif, it isn’t onerous to grasp that Serhii is three fierce to say that in Ukraine, his nice sister is one « boxeuse professional ». « A petite boxer professional », complète l’intéressée d’un sourire humble. Âgée de 20 ans, elle pratique ce sport depuis seulement cinq ans.

When the three ukrainiens s'entraînent, l'entraîneur Ali Negab fait en sorte de leur «changer les idées».
When the three ukrainiens s’entraînent, l’entraîneur Ali Negab fait en sorte de leur «changer les idées». – VDN

Elle s’entraîne quotidiennement aux côtés de Clara, championne de France junior feminine, et dit apprécier ses entraînements et les gens qu’elle côtoie. Mais elle l’admet shyness : « C’était mieux in Ukraine ». Il ne faut y voir aucun reproach, mais un mal du pays which might be frère partage. « On it is good for the membership extra on aimerait renter… If the struggle is completed dans quelques jours, on prendra n’importe quel ticket. »

The competitors for « altering the concepts »

Ce sentiment, Ali tente comme il peut de leur faire oublier. « C’est pas straightforward. Ils n’ont plus rien, ils changent de pays et ils se dad or mum de leurs familles… » Alors, tout comme les membres de son membership, il les prend sous son aile. Cette semaine ils ont offert une tenue de sport adéquate à Andrei, the three ukrainien arrivé il ya peu. « Il n’a que 14 ans et il s’entraîne déjà comme un grand. S’il reste, je le mets en compétition à la saison prochaine. » Derrière un ton ferme, l’entraîneur souhaite supply au garçon a moyen de se « changer the concepts ».





Lire additionally

The renaissance of Phildar et Pingouin se fait sans accroc

Métropole de Lille : «Colère» des cyclistes face à la hausse des accidents

On the Maison des ventes de Roubaix, three consultants of the mode et du luxe nous expliquent leur métier



Poursuivez votre lecture sur ce(s) topic(s) :

Métropole solidarité Ukraine Guerre en Ukraine Boxe Wasquehal (59290, Nord) Ukraine

Sylvain De Clercq
If we do not have the facility to help the Ukrainian individuals who suffered from the invasion of the nation by Putin’s armies, we’re not going to combine Ukraine …Lire plus

Leave a Reply

Your email address will not be published.