Skip to content

Des idees de grandeur pour le basketball au cégep André-Laurendeau

Trois ans après avoir pris la barre de l’équipe masculine de basketball du cégep André-Laurendeau, Viorel Mocanu peut peut que son projet va bon train. The cell team that immigrated to Montréal in 2015 is invaincue after the debut of the season. If the objective in court is termed to report the championnat of his division, cet ancien basketteur international roumain aspires aussi à amener le program du cégep laSallois vers les plus hauts sommets.

Malin aurait été celui ou celle qui aurait prédit that Viorel Mocanu retrouverait a day dans le Grand Sud-Ouest de Montréal. After a career of 20 years as a basketball player in Roumanie, who was 15 as a member of the national team, it is normal that the future of the entraîneur du Boomerang is written in his country of birth.

«D’anciens coéquipiers m’ont talked about beautiful prospects d’avenir au Canada. Il ya d’ailleurs plusieurs anciens basketteurs professionnels roumains ici», explain the imposant gaillard of 6 feet and 8 pouces dans un assez bon français.

Alors que sa reconversion professionnelle pour become entraîneur aurait été similaire d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, the immigrator’s decision implies family considerations. «Nous pensions que mon fils aurait de meilleures opportunités de carrière s’il venait faire ses études au Canada», souligne-t-il.

In 2015, the family moved to Montréal in order to start a nouveau chapitre de sa vie.

Developer une attitude professionnelle

During the three premieres années, il entraîne, parfois benévolement, différentes équipes d’écoles secondaryes. In 2018, he accepted to set the bar on the André-Laurendeau team, who is now a seule année d’expérience. “J’aimais le défi de voir build une équipe”, explain-t-il simply.

Seulement deux entraînements par semaine à sa première saison, M. Mocanu decides to faire passer à quatre le name de pratiques hebdomadaires, plus d’y ajouter des séances de conditioning physique et de musculation.

Viorel Mocanu donne des instructions à ses joueurs lors d’un exercice. / Felix Hurtubise, Metro

L’entraîneur-chef found that c’est surtout l’attitude, et non le talent, des joueurs qui faisaient défaut au début de l’aventure. «À ma première saison, j’ai started avec 17 gars et j’ai fini avec 6.»

Maintenant qu’il recruit lui-même ses joueurs, il est plus facile de leur inculquer sa méthode de travail. “I have found young people with beaucoup de talent, but I don’t have the chance to develop properly”, estimated-t-il.

In les prenant sous son aile, the old basketteur international roumain espère leur transmettre une éthique de travail worthy of professionnels.

I see that they are developed in the best conditions possible so that there are more chances of jouer professionnellement, comme j’ai pu moi-même le faire.

Viorel Mocanu, entraîneur-chef du Boomerang

Florion-Victor Buhendwa Chalazire is one of the joueurs in which M. Mocanu fonde beaucoup d’espoir. Le jeune homme is presently under discussion with a Québec university team subject to a recruitment.

«C’est un bon coach qui est à l’écoute de ses joueurs. I say that I want to become a profession and I can help myself”, explain why I want to become the first basketball player of the Boomerang who was recruited for a university.

see grand

If the objectif immédiat is evidemment to report the champion, the roumain hopes that they are a team that is well promoted in section A of division 2 of collegiate basketball. «Après, l’objectif est la division 1, mais nous devons remplir certains critères techniques et d’infrastructures que nous n’avons pas encore, note l’entraîneur. On the contrary, it remains possible to moyen long terme.”

Encouragé par le chemin parcouru et par la forme actuelle de l’équipe, on ne peut reproach à Viorel Mocanu de voir grand.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, a résumé of l’actualité de LaSalle.

Leave a Reply

Your email address will not be published.