Skip to content

EXCLUSIF. Rugby (National 2) : Jean-Philippe Sannac resigns the presidency of SC appaméen

the essential
Faute de trouver le budget nécessaire por que le SC appaméen puisse évoluer “dans de bonnes conditions” en Nationale 2 pour la saison 2022-2023, lassé de se heurter à des murs, Jean-Philippe Sannac va demissionner de son post de président du club de Pamiers, promoting already quelques semaines. They are from him will be effectif dès le vendredi 17 juin, lors de l’assemblée générale du SCA. A coup de tonnerre.

C’est un coup de tonnerre dans le world du rugby ariegeois. Après sept ans à la tête du club de rugby de Pamiers, promoted in Nationale 2 pour la saison 2022-2023, they are president Jean-Philippe Sannac annonce qu’il removed the presidence du Sporting club appaméen. They will be effective if it will be sold on June 17, 2022, at the time of the general assembly of the club le mieux classé d’Ariège.

Jean-Philippe Sannac posed the questions after long weeks. Ce jeudi, dans la matinée, il a tranché: c’est fini. « Je depose les armes, je ne peux plus me battre tout seul, porter le club à bout de bras financiément sans mettre en danger mes sociétés. Pendant deux ans, en pleine crise sanitaire, j’ai maintenu le club à flot alors qu’il already eu des moments très difficiles. At a moment donné, il faut être raisonnable. Jusque-là, j’ai pris énormément de plaisir, j’ai fait de belles choses avec une équipe de benevoles extraordinaires. Tout ça m’agace pour ces gens-là. Sans parler des éducateurs, des joueurs impliqués dans le club. » Trop, c’est trop. « C’est un énorme gâchis. Est-ce que le Sporting dérange ? Je ne sais plus. Comment ne peut-on pas aider un club qui veut fédérer l’Ariège ! Mais je ne veux pas rentrer dans les controversies. On demande une aide pour passer les prochains mois avant de créer un club d’entreprises. C’est dommage car il ya une dynamique qui était là. Là, je vais assumer les salaires des joueurs jusqu’à la fin juin, mais c’est décidé, j’arrête. Vous vous rendez compte, on ne sait toujours pas où on va jouer l’an prochain et contre qui. Cela peut être un budget bus à €50,000 with a plus of €100,000. Sans parler des hôtels… Là, je ne peux pas parte comme ça. Sans visibility. Personne ne me répond et, pourtant, on en a rencontré du monde. »

Also read:
Rugby. Jean-Philippe Sannac (SC appaméen) près de lâcher prize

“Tout le monde s’en fout”

Le ton est posé mais ferme. Between resignation and dechirement. « On a cover to toutes les portes depuis le mois d’avril, on demande de l’aide et tout le monde s’en fout. Je n’ai eu que des promises; concrete river Ce genre de situation, ça t’apprend à vivre (sic)». Des années de travail qui partent en fumée. « In 7 years, on a réussi quand même de belles choses. Moi, je survivrai, j’espère que le club survivra aussi. C’est dommage que tout s’arrête comme ça. Ce qui m’embête le plus, c’est de laisser l’école de rugby avec plus de 220 gamins, allait signer une convention avec l’ADAPEI pour avoir une équipe de rugby handisport au SCA, a un center d’entraînement Qui doit être labellisé dans les semaines qui coming, on a beautiful team espoirs, three female teams… On a fait un boulot monstre. Le SCA is a sain club. » Jean-Philippe Sannac is presque désabusé. « C’est dommage que ce club d’Ariège so much espéré reste lettre morte. On n’y never arrived. C’est malheureux. J’espère qu’il y aura un successeur pour que tout ce qu’on a créé ne tombe pas à l’eau. C’est mon voeu le plus cher. Mais, aujourd’hui, on n’a plus le temps d’attendre. Je suis amer de tout ça».

Also read:
Jean-Philippe Sannac (SC Pamiers): “If on s’entendait, on serait les meilleurs du monde”

“On ne mesure pas l’ampleur des dégâts”

Sans chercher à nommer qui que ce soit, le président des Damiers est déçu. « Quand je vois ce qui se passe ailleurs. Là, on va voir €100,000 from the mairie de Pamiers, €50,000 du département. À Issoire, debut 2023, will create a brand new training center with terrains, réfectoire, dortoir… financed 100% by the collectivités. Et Issoire, c’est 14,000 inhabitants. » Au fil des années, the SCA has become better than a sports club. « Personne n’a pris la mesure du club. Of ce qu’il representait. Economy, on salaries, on paye de l’URSAFF, on fait travailler les restaurateurs…. Tous les quinze jours, il already près de 3 000 people au stade. Qui fait ça? Le SCA, c’est une machine énorme. For example, l’an dernier, on a eu pour plus €100,000 bus. Les gens ne se rendent pas compte. Tout à un coût. »
The suite is a huge point d’interrogation. « On ne mesure pas l’ampleur des dégâts. J’espère que les gosses ne finront pas dans la rue. Le Sporting, c’est une grosse dynamique sociale».
And aura-t-il a repreneur ? Sinon, what will become the SCA? Municipal management, mis en, sommeil, redémarrage en 4e série… Toutes les options sont sur la table. Mais ce sera sans Jean-Philippe Sannac

Leave a Reply

Your email address will not be published.