Skip to content

Feuilleton doux-amer – Golf Planète

Avec novembre, les circuits du golf professionnel apprécient une pause même rapide entre deux saisons rapprochées. Cette fois-ci, ils s’arment d’impatience, prêts à roar avant de ruer. Le golf en souffre déjà.

The Philippe Hermann Chronicle

Disons-le bien vite, je ne suis pas un ardent defenseur du LIV Tour concocté por le revanchard Greg Norman, malgré toute l’admiración que je por ce grand champion en tête du golf mondial des mois throughout (331 weeks), effectively forward the domination of Tiger Woods.

They’re winners who donné un statut particulier, like Ballesteros, Nicklaus or Palmer parmi d’autres statufiés. Tous, at a time when his profession failed in his first roles, I didn’t take into consideration the existence of a parametric competitors golf and arranged worldwide.

La Pense était plus ou moins fugace chez certains, mais pas chez Norman qui, dans les années 90, démenait déjà pour le mettre en place.

Tens of millions sur tens of millions

Extra dans le coin opposé, il y avait un PGA Tour américain aux grands moyens qui, vite fait, bien fait, lui balançait un solide uppercut en installant ses “World Golf Championships” avec l’appui de l’Worldwide Federation of PGA Excursions juste imagine me

In 1999, le fond souverain seoudien ni se melait pas encore d’une entree dans la vie du golf, réalisée aujourd’hui, imaginant même le montage de ses propres tournois majeurs.

Premier act, the LIV Tour mis sur pied in 2022 by Greg Norman & Co sur une première sequence of competitions croulant sous des {dollars} par dizaines de tens of millions et juste animated par 48 joueurs de qualités très variées.

After avoir les acaparés par des checks indécents, Norman les a mi en scene à la façon d’un spectacle de cirque fruit de l’creativeness fertile de son équipe qui, il faut le reconnaître, n’est pas maladroite.

The dernière représentation était pour 30 october dernier à Miami, sur le Parcours Blue Monster du Doral, owned by Trump, où les quatre membres du crew gagnant ont touchedé chacun quatre tens of millions !

Passe-Passe Excursions

L’exagération en tout est un défaut… On ne s’y attend pas dans le monde feutré du golf. Extra petrodollars n’en ont rien à faire. On en a parlé sur tous les tons, écrits ou televisuels, comme les habitués des coulisses, décortiquant le sujet au lengthy de l’année.

Aujourd’hui, in-dehors de deux richissimes tournois réservés à un elite du tour européen en novembre, el premier en Afrique du Sud pourtant endowed this “snobé” with six million for the têtes d’affiches, le DP World Tour (europeen ) rejoint a PGA Tour in quasi-hibernation. In profiteront-ils pour donner du temps au temps et retrouver un sure calme propice aux réflexions et aux options des nœuds gordiens?

possible participations

Récemment, le dernier rendez-vous de la saison régulière, le Portugal Masters jouait sa 15e édition scellant l’accès au tour 2023 pour certains, et la sortie vers un examination de rattrapage à passer pour les autres, finissant au-delà de la 117e place au classement annuel.

Comme deux semaines plus tot à Valderrama, ce tournoi proposait une endowment deux tens of millions. In Spain, the deux meilleurs inscribed are classed N°10 and N°23 de l’ordre mérite. Une victorious d’Adrian Otaegui (98e joueur mondial), stamped intermittent du LIV Tour dans ce rendez-vous historique, que en d’autres temps aurait drained a plethora of tenors.

Vous croyez qu’Estrella Damm, sponsor-titre du tournoi, avait la banana face à la faiblesse du champ dans une ambiance tinted de la rumeur d’une vente de Valderrama à Norman & Co qui y monterait a tournoi in 2023?

Sans grands noms aux départs, les dezaines de tens of millions du PGA e du LIV excursions les ayant captés, remark finront par reagir les sponsors à Munich, Stockholm, London or Paris?

Golf nouvelle façon

Face a Portuguese Masters in Vilamoura tout autant déserté par les vedettes, in Miami a gaggle of vainqueurs majeurs (Dustin Johnson, Cam Smith, Patrick Reed, Brooks Koepka, Bryson DeChambeau, Sergio Garcia, Louis Oosthuizen …) accompanied by bons seconds rôles, offraient in Bermuda and in music du bon golf à la télé, et au public (peut-être aussi grâce à des soldés tickets). The distinction is était étonnant, nourrissant l’idee that the European tour semble dépérir malgré ses 44 excursions 2022, ce que continua de laisser froid Jay Monahan, le boss du PGA Tour.

Selon lui, les meilleurs doivent jouer “son” circuit et, pour faire bonne dose, il multiplie les gros tournois qui deviennent “éléphantesques” en endowments (vingt tens of millions ici ou là), oblige ses membres à jouer au moins vingt tournois par an, take part to leurs frais annuels ($150’000) comme à ceux des pensionnaires du Korn Ferry Tour ($500’000), supply dix sièges à des joueurs bien classés en Europe.

Gilets pare-balles

Pour insinuer son tour plus encore, Norman annonce de sérieuses retouches pour 2023 et ses 14 dates, prêts à débaucher d’autres grosses têtes (on parle de Cantlay et Schauffele), passer à 60 joueurs et qui sait 72 trous par tournoi. Il rêve de faire parrainer par un gros sponsor chaque équipe dont le capitaine détiendrait 25%.

Le pipe-line des {dollars} séoudiens étant toujours ouvert.

Extra l’affaire essentially the most pressing to manage known as “TELE”… On dit dans les coulisses that l’affaire est quasi enballée. Sans cet accord, ce serait une mechante deadlock. L’entrée du LIV Tour dans l’ordre du mérite mondial et ses qualificatifs factors est un autre should.

Dès lors, Norman serait mieux équipé encore face à Jay Monahan toujours en bisbille. Sous leurs tirs qui n’ont pas fini de se croiser, sortez couverts ces prochaines semaines.

©Steve DYKES / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Photos by way of AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *