Skip to content

Fia, le nouveau pilier tongien de l’USAP, originaire du même village que Halanukonuka

Le pilier droit international tongien, nouvelle recrue de l’USAP, a beautiful carte de visita dont une participation à la Coupe du monde 2019 au Japan. Il devrait caler la mêlée catalane, comme le fait son de ami de el Halanukonuka, originaire du même village que lui.

Maa’fu Fia n’a pas encore revu are compatriot Sipa Taumoepeau. Lorsque le pilier droit international tongien est arrivé à Perpignan, Sipa jouait avec les Tonga le match de qualification pour la Coupe du monde 2023. south Hong-Kong (44-22), offrant aux Tongiens leur billet pour la France. Le nouveau pilier droit de l’USAP la jouera peut-être.
Sa dernière sélection goes up to 6 novembre 2021, à Twickenham… the premiere of Taumoepeau sous le maillot rouge des Ikale Tahi, les Aigles de mer. L’histoire de Fia ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de ces nombreux ïliens, obligés de quitter leurs bout de pays dans le Pacifique pour s’ in aller chercher une meilleure vie ailleurs. « J’avais douze ans quand jai quitté Tofua, a tout petit village located to the west of Tongatapu (l’île principale des Tonga), Maa’fu raconte. Mon père a rejoint des cousins ​​qui faisaient de l’écoculture et géraient une ferme de poulets. Nous nous sommes installés à Palm North, Nouvelle-Zélande, au sud de l’île du nord». C’est là-bas qu’il découvre le rugby, au lycée, the Palm North high school. Seul garçon d’une fratrie de cinq enfants, il joue avec les copains et se fait remarcar par son beau gabarit de him. « J’ai started deuxième ligne, puis je suis I mounted en première ligne ». Il n’en bougera plus, jouant le NPC pour la province de Manawatu et rejoignant les Highlanders, franchise du Super Rugby avec laquelle il gagnera le titre in 2015, malgré une blessure au genou. Fia aussi été a Baby Black, gagnant les championnats du monde juniors 2009 au Japan.

Face à Poirot à Kumamoto

C’st à Dunedin qu’il est repéré par les sergents recruteurs européens. The rejoint l’entrance New Zealander Chris Gibbes, aujourd’hui en post aux Hurricanes, in Swansea (Pays de Galles). « J’avais 26 ans, j’ai toujours voulu découvrir l’Europe, c’était le bon timing, poursuit Fia. Le bon age pour quitter la Nouvelle-Zélande et tenter l’expérience». Le voilà aux Ospreys, il y restera six saisons. Après une adptation difficile, il s’y fait une place au soleil, encore qu’à Swansea, le soleil… Après 102 matches pour la franchise galloise, il part pour une pige à Bath, comme medical joker du Sud-Africain Johannes Jonkerl. Gibbes is back in Nouvelle-Zélande, the old international gallois Duncan Jones is here to take over the mêlée and the signature of the international Tomas Francis, at reduit son temps de jeu. «J’ai felt qu’on voulait donner leur chance aux jeunes, j’ai rejoint Bath pour une pige de quelques mois». It’s time to discover the Premiership and voilà that they are old copain Siua Halanukonuka, originaire du même village que lui, Tofua, lui explains that the USAP cherche à reinforcer à droite de la mêlée. Bank ! c’est sur les bords de la Méditerranée qu’il posse ses valises. His family is restée à Swansea avant de retourner en Nouvelle Zélande pour assurer la scolarité de ses trois enfants de su. De la France, il ne connaît que quelques compatriotes installés chez nous. He also played against the XV de France, at Kumamoto stadium, in 2019. They are his seul match as holder of the Coupe du monde in tête de mêlée, face to Jefferson Poirot. Les Tonga, battus 23-21, ont été à deux doigts de renouveler leur exploit de 2011.
Il peut compter sur Siua pour lui dévoiler les dessous de nos mêlées. Avec Arthur Joly, l’axe
droit de la mêlée usapiste ne manquera pas d’atouts cette saison.

Leave a Reply

Your email address will not be published.