Skip to content

Football : comment Rodez a repris are destined in main

When Ruthénois is heading to the bottom of the barrages, voire pire, ils ont réussi à surmonter l’une de pires series de résultats d’une équipe de Ligue 2 in creant l’exploit contre Toulouse (1-0), Monday. Ceux que sont désormais asurés de se maintenir en cas d’une fin de season au pire à celle de Quevilly dévoilent les raisons de leur renouveau.

“Elle a été longue, longue, longue à come celle-là, put*in! Ça faisait longtemps qu’on l’attendait. C’est parfois improbable.” Comme de mettre à une serie de 18 matches sans victorious, no neuf défaites, et de reprimand son destin en main dans la course au maintien face au leader, Toulouse (1-0). Au moment où il vient à Rodez un lundi soir, après six succès sur les sept dernières journées, pour tenter d’assurer le titre avec dix des eleven joueurs de son équipe type, dans un derby…

“Improbable” for the entrance of Raf Laurent Peyrelade, “incroyable” for son piston gauche Johann Obiang or encore “un gros, gros soulagement” for le milieu du même couloir Nassim Ouammou. “Car psychologiquement, cette période sans gagner a été très difficile à vivre, trust le Stéphanois dans les couloirs de Paul-Lignon. On a surmonté cette épreuve en montrant qu’on n’a pas lâché.”

It seems that cette fois, les sang et or ont mis les cannes de bout en bout. Le gardien Lionel Mpasi reconnaissait : “Ces derniers temps, on manquait de dalle par moments.” “Ça faisait plus semaines qu’on faisait des demi-matches, abondait Johann Obiang in a press conference. On avait toujours ces petites suffisances, nos entames étaient moins réussies et on courait après le score. Là, on savait que si on tenait en terms of concentration, d’intensité et de repli défensif, on pourrait faire un résultat. Quand tu joues ta survie, il faut savoir souffrir et être tranchant.”

Un état d’esprit perdu par les sang et or à la trêve, quand ils pointaient à la 8e place du championnat. Alors, comment ces derniers l’ont retrouvé, qui plus est dans une période aussi critique? “On s’est rendu compte qu’on se rapprochait de la fin et on a eu cette réaction, répondait Johann Obiang. C’est humain.”

A decisive tactical change

Peut-être at-elle aussi été provoked by the decision of the president, Pierre-Olivier Murat, to impose mises au vert à son groupe la veille et le jour des matches after the “indigne defaite” à Quevilly (2-0) , selon ses mots. Nassim Ouammou saluait : “Il fallait faire quelque chose. Rester ensemble dans ces moments nous permet d’être plus concentrés que si on les passait en famille ou avec nos amis. Si sleep à l’hôtel avant une rencontre increases our chances of victory, Je veux bien le faire à chaque fois! (laughs)” “En passant plus de temps les uns avec les autres, on s’aime et on se découvre encore plus”, prolongeait Lionel Mpasi.

Le defender ruthénois Julien Célestine, passed by the center of formation toulousain, donnait an autre argument to explain the determination retrouvée des siens: “On a vu les 500 supporters adverses en dehors du terrain, ils chambraient, étaient sûrs de remporter le titre ici. .. Ça a été une source de motivation, d’autant que nos fans ont vraiment joué leur rôle de douzième homme. Je leur adresse un grand merci parce qu’on a besoin d’eux.” “On a été galvanisé par cette ambiance particulière”, avouait également Johann Obiang. Nassim Ouammou ajoutait : “Il y avait aussi quasiment toutes nos familles dans les tribunes.”

Sur la pelouse, le changement de système tactique de Laurent Peyrelade, when they are immutable 3-5-2 against an effective 5-4-1, this is the dernière piece du puzzle du renouveau. “Face au Téfécé, c’est la tactique idéale puisqu’elle permet de block ses monstres sur les ailes (Ratao, Ngoumou et van den Boomen lorsqu’il dézone)”, analysait celui qui a semblé plus à l’aise en passant du piston post à celui de milieu gauche.

Meilleur, à l’image de Johann Obiang, who could combine avec lui et provoke the penalty of the gagne as lateral, ou encore de la sentinelle Bradley Danger, retrouvée dans un milieu à deux aux côtés de Rémy Boissier. Des choix forts de l’entraîneur, comme ceux d’avoir écarté Pierre Bardy et Jordan Leborgne.

Voilà comment les Aveyronnais ont repris leur destin en main. Charge à eux, désormais, de ne plus le lâcher.

The relegation directe s’éloigne

Avec six points et huit buts d’avance sur le 19e, Dunkerque, sachant qu’il ne reste plus que six unités à prendre, Rodez will be assured of éviter la descente directe avec un null. Et lors deux derniers matches, in cases of similar results to ceux de Quevilly (18e et barragiste), which aurait le meme de pointes mais quatre pions de moins au goal-average si sa victorio contre Nancy (0-3) venait à être validated, les Aveyronnais seraient assurés du maintien. Sauf si les Normands terminant par deux victories avec une avalanche de buts et les Rouergats, de leur côté, l’emportent à chaque fois d’une courte tête.

Laurent Peyrelade, lui, is thinking about these scenarios: “Only one team will keep up with our number of points (37).” Et comme le dit Bradley Danger : “Il faudra faire le boulot à Bastia (samedi) puis pour la venue de Caen (le 14 mai), avant de pouvoir I will say that the match against Toulouse is the most important.”

When you know that the two prochains opponents don’t even laugh at jouer, it’s a calendar a priori approachable. En tout cas plus que celui de Valenciennes, 16e avec seulement une longueur d’avance, que reçoit des Sochaliens encore dans le coup pour la deuxième place, avant de se dépler à Niort. Mais aussi de Quevilly, en voyage à Caen puis à la maison pour accueillir… Dunkirk.

Leave a Reply

Your email address will not be published.