Skip to content

la Marandaise Aurélie Groizeleau to « réussi à monter tout en haut après avoir été au fond d’un seau »

1 L’avant-finale : settle for l’facet exceptionnel

« Je suis restée prudente jusqu’à ce qu’on me dise le vraiment. Je ne voulais pas m’enflammer avant automobile la déception aurait été trop grande. Et la joie a été grande (laughs) ! Le truc qui m’a marquée, c’est quan j’ai réalisé qu’il n’y avait jamais eu de Française en finale de Coupe du monde – les filles ont toujours perdu en demies – et que c’était complètement fou. Ça n’était arrived à personne! Plus, in Nouvelle-Zélande… Surréaliste.

Le hazard est de se dire que c’est un match comme les autres alors que ce no est pas un. J’ai un prépa psychological (Christian Ramos) en France depuis deux ans et il m’a appris ça. Il faut settle for that it’s an distinctive match, even in opposition to the faut l’arbitrer as a “regular” match (laughs). All is psychological.

On be taught beaucoup plus vite. For instance, la touche, ce n’est pas une révélation mais presque, je me suis sentie hyper à l’aise, j’ai senti que j’avais un niveau de efficiency elevé et je me suis dit qu’il fallait que je m’accroche après ma déception en tant qu’arbitre centrale. J’étais vraiment très mal, pendant deux jours je me suis complètement isolée du groupe. Ne pas remplir l’objectif, c’était dur. My household got here to the quarterfinals, «I am sorry, I am not prepared to referee! » Mon conjoint et ma fille m’ont portée pendant deux jours. Enfermée toute seule dans ma chambre, ça aurait été un calvaire (laughs)…

Ça n’était arrived à personne! En plus, in Nouvelle-Zélande… Surréaliste »

Le mardi ou le mercredi on nous annonce that the finale is à guichets fermés [42 579 spectateurs, NDLR], alors que toute la Coupe du monde il n’y avait personne dans les stades. On nous fait croire que c’était merveilleux mais les gens n’en avaient rien à secouer. On s’est retrouvé avec a stade plein et on espère ça va donner un élan différent au rugby féminin.

Il ya d’ailleurs eu un article de World Rugby qui est tombé comme quoi il fallait changer les choses et donner benefit de moyens pour son développement. Invoice Beaumont [président de World Rugby, NDLR] Était présent, il est venu nous saluer à la fin de la rencontre et je pense que ce match a donné une picture très agréable. »

two The finale: le carton rouge, sous ses yeux

«On nous prépare totôt, on va à l’échauffement une heure avant, et on a dix minutes d’attente dans le vestiaire. One horreur, the longest minutes of my life (laughs). Ensuite, l’hymne « neo-Z » a cappella, le haka, tout ça je l’avais préparé. Ma collègue Holli (Davidson), la centrale, à la fin des hymnes elle nous tape dans la fundamental, nous dit “bon match” et start à partir! Là, je l’attrape par le bras, «non, attends il ya le haka! ». Au niveau du ressenti, sur la pelouse, le haka, je vous guarantee que c’est démultiplié. The feelings, the visages…

Sur la state of affairs du carton rouge [adressé à l’Anglaise Lydia Thompson à la 18e minute, alors que les « Red Roses » menaient 14-0, NDLR], j’ai plutôt les yeux en bas carelle (Portia Woodman) est proche de la ligne de touche. Je ne perçois pas le contact de ella tête-tête de ella mais je la vois tomber à côté de moi, carrément en practice de trembler, le bras de ella en l’air. Ce sont des signaux, c’était une commotion avérée, il n’y avait pas de dialogue.

J’attrape ma collègue par le bras, «non attends il ya le haka! »»

Elle était en dehors du terrain et le médecin est intervenu tout de suite. I say «il ya commotion de la 14 black, elle est prize en cost», et je dis tout de suite à l’arbitre vidéo (Ben Whitehouse) «il faut que tu vérifies ce qui s’est passé». Elle n’était pas tombée raide comme ça… À la mi-tempos, l’arbitre vidéo m’a confirmed qu’il n’avait rien vu au départ. I’ve despatched the sign d’alerte. Quasiment tout s’est passé de mon côté, tout le match! Au niveau consideration, à la fin j’étais cramée (rires).

À la mi-temps c’est plutôt positif, personne ne responde le rouge. On est plus là pour se razsurer, pas pour se faire peur. Give the reprise when the Blacks mark [se rapprochant à 24-26, NDLR], pour moi c’est un tournant, elles reviennent complètement dans le match et, nous, on despatched sous les poteaux que les Anglaises ont pris un coup sur la tête. The following motion [pénaltouche anglaise contrée à la 80e+1, NDLR] ? J’ai thought « elles vont encore faire un maul et ce sera réglé ». Ce qu’elles ont fait tout le match et ce qu’elles font depuis plusieurs années. Mais elles ont fait un en-avant…

Il n’y avait pas de défense mais il ya eu des essais dans tous les sens, c’était hyper ouvert. Il ya des gens qui en sont sortis en disant que c’était la plus belle finale qu’ils avaient jamais vue, hommes et femmes confondus. Souvent on an 8-6 or quelque selected du style… On a vécu a second complètement unbelievable, historique. »

3 L’après-finale: le devoir accompli, sans euphorie

«On revenue du second. Il ya l’explosion sur le terrain, dans le stade, on reste sur la pelouse. D’habitude, on rejoin les collègues en jogging, là j’y suis allée un peu tranquille, en marchant (rires). J’étais quan me triste pour les Anglaises, que j’ai beaucoup arbitrées, surtout pour la capitaine Sarah Hunter, qui est quelqu’un d’lovable. Nous, on ne peut pas être euphoriques, on n’est pas championnes du monde, mais le devoir est accompli. Il n’y a eu aucune polemique de tout le tournoi et ça, c’est satisfaisant.

Nous, on n’a pas eu de médaille, rien. J’ai trouvé ça un peu fou. J’ai demanded : «- Mais on a quelque selected, nous ? – Bah no. – OKAY “. On est les excludes du truc! Sur le second ça n’a pas trop d’significance, mais ma fille, qui a vécu ça avec moi, si ella pose me des questions dans 20 ans, j’aurais au moins eu une preuve physique (sourire)… Pas grave, j’ai gardé mon drapeau (laughs).

Along with Benoît and Lucie [et du frère d’Aurélie Groizeleau, qui est passé pendant le Mondial, NDLR], il y avait aussi mon cousin et une amie, j’ai eu droit à une petite shock à la fin du match: ils ont contacté une des arbitres du groupe pour faire enter une bouteille de champagne dans le stade, on l’a bue within the tunnel. La dernière soirée, on l’a passée tous ensemble dans une salle de l’hôtel, les arbitres, leurs familles, tout le monde…

On n’a pas eu de médaille, rien. J’ai trouvé ça un peu fou. J’ai garde mon drapeau »

J’ai beaucoup appris sur mon arbitration et sur moi-même. In per week, j’ai réussi à monter tout en haut après avoir été au fond d’un seau, et ça ne pourra que me servir dans la suite de ma carrière. Une carrière, ce n’est pas linéaire, on n’est pas all Antoine Dupont à être toujours là-haut [on lui fait remarquer qu’il a pris un rouge contre l’Afrique du Sud, NDLR]. Ah oui, c’est vrai, successfully (laughs).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *