Skip to content

L’avenir in Kikk-boxing mode! | Litter

A grand coup – salutaire et visuel – dans la determine: c’est le moyen d’expression préconisé par le Kikk, le désormais célèbre pageant des arts numériques de Namur.

Et si les arts dits numériques constituaient ce qui se fait de mieux en artwork contemporain? C’est en tout cas l’impression ressentie, chaque année depuis 11 ans, par les visitaurs du Kikk. dans cette grand-messe namuroise des arts numériqueson dépasse les théories compliquées pour les transcender avec de l’humour, du visuel, de l’émotion… et même de la philosophie – puisque le however du jeu est bien sûr, en tarabusstant le current, de query the long run.

À ce petit jeu, le Kikk dispose de plusieurs cordes à son arc: la celebration “execs” où des acteurs du monde numerique se rencontrent pour échanger autour de thèmes actuals; le fameux parcours “grand public” dans les rues de Namur (from 27 to 30 October, see this system encadré), or l’on va de lieu en lieu et de découverte en découverte (with one card année un move à 5 euros); extra additionally as fer de lance le Grand Manège récemment rouvert au public dans son tout nouvel behavior de lumière… Sans oublier le Pavilion (ex-pavillon belge de l’expo universelle de Milan), sur l’esplanade de la citadelle, qui current toujours son exposition “Biotopia”mais mise en relation avec le reste de la programmation…

Pour entrer de plain-pied dans l’univers du Kikk (thème de cette édition 2022: “Togetherness”, l’unité), nous avons rencontré deux artistes aux démarches passionnantes. At our proper: Anouk Kruithoff, plasticienne hollandaise put in in Bruxelles. Avec son “Common Tongue”, elle met à l’honneur la danse comme vecteur de communication sans frontières, dans une mise en place en mode immersif. Notre gauche, le Catalan Joan Fontcuberta. Along with her companion Pilar Rosado, ils questioning the boundaries of the actual picture (verité? Mensonge?) Grâce aux orgasmes artificiels (et non consentis!) De leur “Stunning Agony”.

Anouk Kruithof, “Common Tongue”, on the École Notre-Dame

Who would ressemblera votre set up in Namur?

“Common Tongue”, ce sont 8 panneaux suspendus où sont projetées des photographs de danse. Greater than 50 “rechercheurs” the world over reviewed 8,800 types of dances on the web. Avec cette matière, nous avons établi une base de données, que al permis to construct an web web site, lequel fait partie intégrante du projet, mais additionally de publier un livre-guide. Les movies collected (250 hours) ont été montes, puis condensés. Aujourd’hui, nous avons 8 movies of 4 hours, ce qui permet au visitaur de vivre une véritable immersion et d’évoluer dans l’espace, au milieu des danseurs de tous age et de tous pays.

“Common Tongue” d’Anouk Kruithof, current greater than 8,000 types of danses.

Est-ce que les visitaurs se mettent à danser?

Evidently. La transe fait partie du jeu. Je trouve ça particulièrement stimulant de voir les gens qui se mettent petit à petit à danser. Les enfants s’en donnent à cœur-joie. D’autres visitaurs s’installent sur les coussins et ne bougent presque plus: c’est une autre façon d’entrer dans la danse.

On think about an état proche de la trance, presque magique ou religieux.

C’est exactement ça. Au départ, je cherchais ce qu’il y avait de commun, d’où le titre (“langage universel” in français, NDLR). See if the danse était a typical denominator à l’humanité. Cette idée that through les applied sciences, le monde puisse paradoxally être réduit à un village. Mais c’est intéressant aussi de voir les différences, I amused her. La joie, l’energie. La danse est un processus à la fois très vaste, et très unifiant.

Is the festive dimension necessary?

Oui. J’ai began the venture avant la pandémie, mais la fête est au centre. Ce que j’aime aussi, c’est l’échelle de mon set up. Les corps qu’on found on the web are souvent très petits, à trigger de la taille de l’écran. Leur donner une autre échelle, où ils sont plus grands que soi, je trouve ça riche. Et même rassurant.

Joan Fontcuberta & Pilar Rosado, “Stunning Agony”, au Grand-Manège

Who would ressemblera votre set up in Namur?

Trois helps sont proposés: des caissons lumineux avec photographs fixes, des movies, et des bustes en 3D. Quatre hommes connus du grand public por le biais de différents scandales sexuales: Dominique Strauss-Kahn, Trump, Berlusconi et l’ancien roi d’Espagne Juan-Carlos. Nous les montrons dans un second particulier: celui de l’orgasme.

An imaginary orgasm?

C’est là toute la query, bien sûr. Nous avons travaillé avec, au middle de la réflexion, le caractère réaliste (et donc ressenti comme réel) de la photographie. J’ai longtemps été actif dans le monde de la communication et de la publicité: on voit bien que depuis sa création au XIXe siècle, la photographie a profit de cette connotation “réalité”. Mais nous sommes au XXIe siècle et les algorithmes viennent troubler la limite. Nous vivans un second révolutionnaire dans le statut que nous donnons aux photographs. In 1839, when the gens ont vu the primary daguerreotype, ils ont été bouleversés. Jusqu’alors, l’picture réelle était celle du miroir, donc vivante, changeante. Tout à coup la réalité était encapsulated. D’où une weird impression d’incompréhension, de magie, d’illusionnisme. C’est là que nous sommes aujourd’hui.

You used notamment le deepfake…

Nous avons travaillé en résidence au Fresnoy (Studio nationwide des arts contemporains, près de Lille), et il ya eu tout un défi juridique, notamment dû au droit à l’picture. Nous avons pris des personnalités identifiées through des abus de nature sexualle, et ne pouvons les montrer que dans a creative context. Nous utilisons le travail de Ian Goodfellow, que permet aux machines d’utiliser le machine studying. On a set of hundreds of selfie movies of younger individuals (on a volunteer foundation!), who’ve the permission to imagine a software program able to “orgasmer” it doesn’t matter what the visage.

Votre démarche est à la fois humoristique et dénonciatrice?

Oui. L’synthetic intelligence is on the middle of us. Is that this a hazard, or a possibility? Les deux! À nous de la questionner, de l’experimenter. Pour mieux vivre ce radical change, et éventuellement y résister, il faut s’être familiarisé avec lui. Pour ça, l’humour, la politique et la symbolique peuvent parfaitement se compléter…

Kikk 2022: demand this system!

Avec ses quelque 25,000 guests attendedle Kikk model grand public (“Kikk on the town”) n’a rien à envier à la partie “professionnels”, qui cette année se penchera sur the metavers and the augmented actuality.

The central theme of the partie publique will probably be “Tales of Togetherness”. Alors, Le vivre ensemble, mythe or actuality? Outre “Stunning Agony” et “Common Tongue” (développés ci-contre), épinglons:

  • “Play With Me”, d’Eric Arnal Burtschy et Laura Muyldermans, au Grand Manège. Une plaine de jeu où les engins sont autant d’devices de musique. Balances et different rythmes create the tempo. À la mélodie de suivre… ou pas.
  • “Sibilation”, by Maxime Van Roy, on the Musée des arts décoratifs. Une kind d’orgue géant piloté par des lasers produit des sifflements mélodieux… L’enfant de La Louvière nous livre l’œuvre qui l’a fait connaître.
  • “The Bodily Thoughts”, by Teun Vonk, au Delta. Ici, c’est l’expertise physique particular person qui est au centre. A very satisfying expertise, puisqu’il s’agit of enjoyment topic him (confederate, properly understood) between deux coussins, gonflables et luminescents, qui s’adaptent à sa morphologie. Et si le lâcher-prise tant attendu pouvait être accompagné?
  • “komorebi”, by Matteo Marangoni and Dieter Van Doren, on the Musée des arts décoratifs. Komorebi, vous connaissez. Mais si: c’est le mot japonais que décrit la manière dont la lumière du soleil passe à travers le feuillage d’un arbre. Ici, c’est le nom donné à une petite créature placée sur le sol et que produira de la musique en fonction de… la météo. Automobile le Kikk, c’est aussi l’artwork de combiner l’incombinable, sous forme d’équations jamais vues. Soleil, ven et pluie donnent musique!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *