Skip to content

«Les tricheurs»: the terrain of golf as a microcosm

« pour [le golfeur], la balle n’est rien de moins que du destin en concentrated. Il la frappera comme il aborde la vie en général, pour l’occasion condensée là, à ses pieds de ella, en un point blanc », written by Louis Godbout, dans Du golf. Parcours philosophique (LIBER), an essai published in the foulée de l’obtention de son doctorat en philosophie, in 2007.

For celui qui est désormais scénariste et cinéaste, the terrain of golf constitutes a parfaite replica of the society; a microcosme qui en contient tous les travers, les valeurs et les contradictions, tous plus ou moins logiques, régis par des étiquettes et des cadres contraignants. On and croise des joueurs aux multiple visages, affichant, devant la cible, la fierté du paon, la confiance du lion, la fourberie du serpent, l’intelligence du renard ou la nervosité du cerf.

« C’est ma grand-mère qui m’a initié [au golf] quand j’étais petit, raconte you cinéaste. Like all golfeurs, I am inspired by my practice, but I am also a traitor, it seems that golf seems to me to be a kind of perpetual comedy. Tout le monde joue au golf — j’ai joué avec des prêtres, avec des chanteurs d’opéra — et tout le monde triche. If you veux te moquer de la nature humaine, de la duplicité, de l’hypocrisie et de la bullshit, c’est le sport parfait. »

The intelligence of the farce

dance the tricheursare second long métrage, le cinéaste exploite ce côté burlesque pour composer une comédie satirique grinçante et ingénieuse, où les personnages ne sont jamais tout à fait ce qu’ils prétendent être, et où la vérité chemine obstinément vers la lumière.

Hubert (Benoît Gouin) and André (Steve Laplante) are deux amis et partenaires d’affaires dans le milieu des soins aux personnes âgées. For a beautiful après-midi, ils donnent rendez-vous pour a golf party avec Florence (Christine Beaulieu), la copine du premier, a croisement between Paris Hilton and a coach de vie zen.

Leur seance is disturbed by the arrival of Michel (Alexandre Goyette), a charismatic four-year-old with an imposing carrure. Cette interruption à l’appearance fortuite prendra vite des allures de règlement de comptes, la mère de Michel ayant perdu la vie dans une des résidences pour aînés des deux entrepreneurs. Slowly, the languages ​​fade and the vernis of appearances dissipates.

Les acteurs du film ne tarissent pas d’éloges sur l’intelligence du réalisateur et de son scénario. «Lorsque j’ai rencontre Louis, j’ai tout de suite eu envie de me mettre au service de son idée de lo, soutient Christine Beaulieu. Sa proposition of her ne ressemblait à rien de ce que j’avais déjà vu ou lu. Je lui ai fait totalementmente confiance. Heureusement, car pour moi, jouer l’ingénue sexy et assumée, c’est très fragilisant. Je me sens beaucoup plus à l’aise avec mon personnage dans brain, protected by manteau d’hiver. »

Benoît Gouin, from son côté, did not want to participate in his film, because of a time conflict. « J’ai fait l’erreur de lire le scénario. J’ai tout de suite dit : “Bouge pas, on va s’arranger !” Il ya several couches, à l’histoire comme au personnage. Le terrain de golf n’est pas juste pretexte, ça devient vraiment une métaphore de l’humanité, avec les trappes de sable, le vent, les eléments, la forêt qui représente l’inconscient. C’est drôle et profondément intelligent ! »

A golf course is used as a theater in a huis with behaviors that are very difficult, etc., although the tour in the grand air has to comply with the sanitary restrictions. « On a tour during tout le mois d’aut a golf party that took place in a Seoul après-midi. On s’attendait à de belles températures stables. Finally, on all sorts of weather: from the sun, from the grass… Le directeur photo a fait des miracles avec la coloration, en postproduction. On s’est aussi arrangé pour cadrer de façon prudent, éviter les bouts de ciel et effacer les ombres », you filmed him.

Gros plan sur les travers de la société

Comme dans son film précédent, Mount Foster (2020), Louis Godbout explores the circumstances or the people are transformed, revealing what is cached inside the memories. Il manie la tension d’une main de maître, se joue des apparences et sert de l’exagération et du grotesque que permet la farce pour peupler son univers d’éléments décalés et inquiétants, plaçant avec humor les personnages comme les spectateurs devant leurs proper contradictions.

Although Florence represents certain stereotypes of the femme fatale, the three men endorse chacun des visages différents de la masculinité telle qu’elle est construite por la société — le macho, fier, puissant et en control; l’homme fort, imposant, violent; et le faible, incapable of séduire, voué à l’échec et au déshonneur.

Plus the film advance, plus the tombent masks, and plus the archetypes of caricature, engage a reflection on the consequences of this toxic masculinity on society, and on men and memes. Les acteurs, all excellents, young avec cette perpétuelle tension pour constructe des intriguing et authentiques personnages, et pour incarner una forma de dualité, en rendant manifeste ce qui est sous-jacent et gronde à l’intérieur de chacun.

« C’était un véritable cadeau à jouer. Mon personnage, par exemple, est bête à sa façon de him, mais il est aussi profondément honnête, relève Benoît Gouin. #MeToo, les Innus, les renouvelables, il s’en fout. Ça ne le touche pas et il l’assume. Ce qui l’émeut, c’est d’offrir une belle fin à ses vieux of him. Et s’il peut faire ça avec des robots et des pilules, il se lance, même si c’est douteux à souhait. Il ya quelque chose de grinçant, de savoureux là-dedans, parce que c’est un peu vrai. »

The conclusion — dont on ne révélera rien — is surprising and absolutely savoureuse, à la hauteur de l’ambition satirique et philosophique de Louis Godbout. Let’s go!

The film will appear on the poster on August 12.

to see in video

Leave a Reply

Your email address will not be published.