Skip to content

Ligue 1. Le grand chambardement

Au bout d’une soirée de samedi folle au cours de laquelle les positions auront beaucoup change, tout se jouera à la 38e et dernière journée de L1, dans la course à la Ligue des champions comme pour le maintien.

Et Marseille pourrait bien tout perdre. Longtemps 2e, l’OM a paru epuisé face à Rennes au Roazhon Park, incapable d’enrayer les accélérations de Benjamin Bourigeaud et Lovro Majer, buteurs. Il tombe à la troisième place, que envoie en barrages de C1, dépassé par Monaco au goal-average (+ 25 contre + 21) avant une ultime levée qui verra les Phocéens, toujours sous la menace de leurs tombeurs du soir, recevoir Strasbourg au Vélodrome, the ASM is rented in Lens and the SRFC in Lille.

Une victorious à Bollaert-Delelis, who will be the dixième d’affiliae, and the club of the Principality retrouverait the League of champions at the end of an irresistible sprint, à l’image du scénario au stade Louis-II: mené 0-2 Just before the mi-temps, he turned around thanks to a triple by Wissam Ben Yedder (24 buts), who broke a long by Kylian Mbappé (25).

Les Marseilles accueilleront donc le RCSA, who have the place in the Ligue Europa Conférence, and they have a point to rest on the podium, and they faire mieux que les Monégasques pour reprieve the deuxième position. Les Rennais comptent trois unités de retard sur ce duo. Ils possèdent certes une bien meilleure différence de buts (+ 42) mais ont besoin d’un effondrement de leurs deux rivaux pour disputer la coupe d’Europe suprême.

Saint-Étienne releasable

La lutte pour ne pas descendre is also three indecise between Metz (18e), who brought her face to Angers to Saint-Symphorien, and Saint-Étienne (19e), who was inclined from Reims to Geoffroy-Guichard dans un flee clos lugubre.

Le sort de Bordeaux (20e) est presque scellé après son sad null vierge contre Lorient, which assures him the maintenance of the FCL. The FCGB had three more points than the FCM and a difference of buts three unfavorable (-41 against -29). Le Matmut Atlantique agronde de la colère des supporters, who ont launched du papier toilette sur le terrain à l’adresse des Girondins.

THE REACTIONS

Jorge SAMPAOLI (intraîneur of Marseille) : « C’est dur de perdre la deuxième place, surtout qu’on a été deuxième toute la saison, donc ça fait un peu mal ce soir. Maintenant, cela ne depende plus de nous. Mais il reste ce dernier match déterminant au Vélodrome (…). On a été dépassé surtout sur les actions sans ballon. Et quand on a eu le ballon, on a precision manque. On était parti du principe qu’il fallait contrôler le jeu mais l’adversaire ne nous a pas laisses le faire. Il a failu modifier nos plans mais, à ce stade, il n’y avait pas beaucoup de possibilités (…). On n’a pas été au level qu’on espérait. Les Rennais ont été meilleurs dans les duels, meilleurs sur les deux surfaces et plus efficaces. (Sur le schéma des buts subis) C’est un mal récurrent de la saison: si nous n’arrivons pas à imposer notre jeu, cela created a disorder that allowed the adversary to profit from the depths. »

Bruno GENESIO (entrepreneur of Rennes) : « Je suis très fier, on a montré qu’on avait beaucoup de charactère pour réagir après our counter-performance à Nantes, avec les vertus que j’aime : l’engagement et l’état d’esprit (…). Ils n’ont pas eu d’occasion. Nous avons été agressifs dans toutes les surfaces de terrain, gagné la plupart des duels. Et comme il ya de la qualité pour faire du jeu et se creer des occasions, c’est plus facile. L’ambiance a été extraordinary pendant le match, ça nous a aidés pour faire un gross pressing et ensuite pour résister. Maintenant, it remains a dernier match à bien finir. On n’attend aucun cadeau de Lille. The champion is three uncertain after his debut, with the results parfois three improbable. Ça va être une superbe dernière journée, même si on aurait aimé que cela soit réglé plus tôt. »

Philippe CLEMENT (trainee of Monaco) : « On n’a pas bien commencé, les joueurs étaient trop crispés. On a manqué d’agressivité dans les duels. Mais on ya toujours cru. Sans y croire, tu ne peux pas faire quelque chose de special. Il ya quelques mois, on aurait perdu ce match et lâché à 0-2. Là, on est resté dans ce match, on a réagi. On peut jouer avec intensité for 90 minutes. Il quelques semaines, j’ai montaré des images du Real Madrid contre City (in C1). Cette saison, le Real l’a fait neuf fois (reverser a match). Ce n’est possible que si, collectivement, on y croit. (Sur la 38e journée) On a great final samedi (à Lens). On n’a rien à perdre. Et, pour la première fois de la saison, on pourra regarder durant les dix dernières minutes ce que font les autres, pour savoir comment faire. Ce soir, j’avais sued à tout le monde de ne jamais connaître los résultats des adversaires avant la fin. Et, je dois être honnête, certains résultats m’ont fait plaisir. »

Frédéric ANTONETTI (Metz coach) : « On a été crispé tout le temps, on a recoil. Il ya eu une très bonne defensive animation. Quand le public est bon, comme ce soir, ça donne de la force aux joueurs. On va continue sans se prendre la tête. On verra ce qu’il se passera. On va se préparer tranquillement. I thought that les joueurs voulaient gagner, ils se sont arrachés, nous n’avons pas toujours su le faire. On verra. Je ne veux pas faire trop de commentaire, on est toujours en vie. On ne va pas refaire toute la saison. Je suis conscient qu’il ya une 38e journée et qu’on va a Paris. J’ai dit aux joueurs: donnez tout ce que vous avez et on verra. Il ya eu de la joie dans le vestiaire mais pas d’euphorie. »

Pascal DUPRAZ (Saint-Étienne coach) : « C’est la consternation qui predomine. À force de ne pas marker de points alors qu’ils nous tendent les bras. Fatalement, ce match avait une importance capitale, et on le démarre d’une manière que l’on ne pouvait pas imaginer. Nous sommes menés au score car, défensivement, nous n’avons pas les bonnes réponses. Nous sommes revenus logically et nous aurions pu prendre l’avantage. After the mi-temps, ce sont toujours les mêmes lacks que reviennent, notamment athlétiques. They are ahurissantes. Trop de joueurs n’ont pas les aptitudes pour répondre aux exigences de la Ligue 1. Ils ne lâchent pas mais il n’y a pas l’essence dans le moteur, ni la cylindrée. Défensivement, je bricole depuis décembre et, avant moi, un entraîneur bien plus prestigieux (Claude Puel) bricolait aussi. After the consternation, il already toujours cette force de m’accrocher et il reste encore trois points en jeu à Nantes, où il faudra être pertinent. Il faut prendre des points, c’est la mission. Et ensuite, on regardera avec fébrilité ce qui se passera sur un autre terrain (Metz jouera le même soir face au Paris SG). Je n’ai pas abdicated, c’est normal. À moi de faire que les joueurs n’abdiquent pas. »

David GUION (coach from Bordeaux) : « C’était un match difficile à appréhender, par le contexte. La première mi-temps a été difficile, on a eu beaucoup de déchet technique. La deuxième était à sens unique, les garçons se sont davantage libérés et se sont créé des occasions assez nettes. Malheureusement, nous n’avons pas été assez efficaces pour en crétiser une et nous donner l’espoir que nous souhaitions à la fin de ce match. C’est un échec, une triste soirée, une season très difficile. Evidemment, on thought of suite aux amoureux des Girondins, à ceux qui travaillent au quotidien pour mettre cette équipe dans de bonnes conditions, à nos supporters. Encore une fois, la saison a été tellement mauvaise, I thought that nous merits ce qui nous aussi arrive. On analysera en temps et en heure cette saison qui, dès le départ, est très mal partie. Plus ça allait, plus il ya eu des problèmes, plus tous ces échecs étaient difficiles à surmonter. Nous merits criticize them. J’inclus dans cet échec-là, j’étais venu pour maintenir les Girondins et je n’y suis pas arrivé. J’avais treize matches, deux mois et demi, je n’ai pas su fédérer autour de ce maintien. »

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.