Skip to content

Montreal Alliance | At the discovery of Vincent Lavandier

Mais qui est donc Vincent Lavandier? This is the question that beaucoup is possessed, Mardi dernier, when the Alliance de Montréal avoilé l’identité de son tout premier entraîneur-chef. the press se charge de vous le faire découvrir.

I published on March 15

Katherine Harvey Pinard

Katherine Harvey Pinard
the press

If Vincent Lavandier peut sembler inconnu au Québec, le Québec n’est pas inconnu à Vincent Lavandier.

Originally from Dieppe, in Normandie, the 50-year-old man crossed the Atlantic Ocean and returned to his fil des années, notamment pour rendi visit his sister, Canadian citizen and resident of Montréal after more than 20 years.

Dans le world du basketball, Lavandier possède a riche curriculum vitæ. Well known in France and Grande-Bretagne, he was the entraîneur-chef of 10 teams between 1997 and 2021. Du lot, the Glasgow Rocks of the British Basketball League, one of the best leagues in Europe. Il a d’ailleurs mené la formation au championnat de saison et reported the prix de l’entraîneur de l’année in 2019.

Lavandier a suivi ce qui se passait dans le world du basketball canadien au cours des derniers mois. Quand une connaissance et son avocat de el, un Québécois, lui ont parlé du fait que l’Alliance cherchait un entraîneur-chef, c’était loin d’être une surprise.

« Il m’a dit qu’il allait me recommander auprès de Joel [Anthony, directeur général], raconte-t-il. Un jour, Joel m’a appelé et, petit à petit, on a sympathisé. »

Autrement dit, ç’a click among the deux hommes. « I thought Joel and Annie [Larouche, vice-présidente] Ont fait des choix purement techniques et professionnels, mais je crois vraiment que ce n’est pas le most important dans la vie de tous les jours, soutient-il. Ce qui est important, quelle que soit ta profession, c’est d’avoir un bon feeling. Avec Joel, on a eu ce feeling. On a même I discussed d’enfants, de plein de choses autres que le basket. Et là, je lui parle tous les jours non-stop! »

Ma passion, c’est le basket, et j’adore Montréal depuis très longtemps, donc les deux liés, c’était parfait.

Vincent Lavander

Selon Lavandier, the caliber of the Canadian Elite Basketball League (LECB) is apparent to the cell of the teams that have entered Europe.

« Il ya des spécificités canadiennes dans le jeu, c’est technique. More is a league that is more interesting and that the Europeans begin to regard three series. »

Quand on lui demande quelle est sa philosophie comme entraîneur, le Français insists sur le jeu collectif et simple. Il est d’avis that basketball consists of a “grand partage, à la fois sur le terrain et en dehors du terrain”.

Le sport doit d’abord être du plaisir. Et pour prendre du plaisir, on doit être ensemble. Donc mon style de jeu, ce sera le partage de la balle.

Vincent Lavander

« La simplicité, c’est difficile à mettre en place, continue-t-il. Et ça passe par le développement individuel des joueurs d’un point de vue technique pour le collectif. C’est ça, mon style de jeu. C’est d’être au service des joueurs pour qu’ils s’améliorent et aient une meilleure carrière dans un meilleur club. Pourquoi pas in NBA? »

Holder of a diploma in mental preparation, the pilot of the Alliance is well versed in the notions of engagement and pleasure.

« Quand on se lève et qu’on va travailler, on doit être heureux d’aller travailler, dit-il. In fact, on doit être heureux to come à l’entraînement, de développer des choses ensemble. C’est ce que j’essaie d’amener dans mes équipes. C’est important pour les partisans de voir qu’on est tous ensemble pour eux sur le terrain et qu’on veut gagner ensemble. »


PHOTO TIRÉE FROM THE FACEBOOK PAGE OF THE ROCKS OF GLASGOW

Vincent Lavander

Lavandier et sa femme arrivedront au Québec en mai. Leurs trois enfants, all joueurs de basket, rejoindront à la fin de l’année scolaire.

The Alliance will dispute the first match on May 25, against the Honey Badgers, in Hamilton. Sauf qu’il lui manque finds an important element: les joueurs. L’entraîneur be garde de dire if certains contrats ont déjà été accordés.

« Il ya des discussions avec Joel, bien sûr. J’ai eu des joueurs en entretien. C’est un long processus, et on va prendre le temps. »

Les entraînements doivent commencer le 16 mai. Lavandier n’aura donc que neuf jours pour « essayer de créer quelque chose ». C’est un peu pour cette raison qu’il veut des joueurs que auront « la volonté de travailler ».

« Je veux aussi des joueurs extrêmement intelligents, ce qu’on appelle le “QI basket”. failure of leaders techniques, vocaux, pour avoir une certaine chimie. Et on fait attention au profil psychologique des joueurs aussi. »

Like Annie Larouche and Joel Anthony, Vincent Lavandier assures that partisans peuvent will be there for local talent. « C’est vrai qu’il faut donner la chance à des Québécois dans cette ligue, et porquoi pas à des Montréalais. I thought that c’est une ville qui a un vrai talent. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.