Skip to content

Montreal Alliance | James Jean-Marie is saved by basketball

« Le basketball a sauvé ma vie. »

I published on May 20

Katherine Harvey Pinard

Katherine Harvey Pinard
the press

Cette phrase, James Jean-Marie pronounces it à deux reprises en l’espace de quelques minutes, lundi midi, en entrevue avec the press après le tout premier entraînement de l’Alliance de Montréal. Encore vêtu de son uniforme d’entraînement flambant neuf, le sympathique athlete de 24 ans n’hésite pas à nous raconter are his parcours et, par ricochet, are his histoire.

Enfant, le natif de l’arrondissement d’Anjou accompagnait son frère de 10 ans son aîné au parc du coin. Comme il n’était pas «assez fort pour jouer avec les plus vieux», le petit James observes they are frangin of him et s’entraînait par lui-même. C’est de cette façon qu’il a eu le coup de foudre pour le sport devenu aujourd’hui le center de sa vie de el.

Adolescent, Jean-Marie frequented the secondary school Anjou pendant trois ans avant de passer à l’ secondary school Jeanne-Mance, où il évoluait avec les Dragons. À l’extérieur du terrain, toutefois, les choses n’allaient pas pour le mieux.

Dans mon environnement, il y avait beaucoup d’influences. At this moment, j’avais beaucoup d’amis en prison or qui avaient des problèmes avec la justice.

James Jean Marie

« Honnêtement, quand j’étais jeune, j’étais plus influençable que maintenant, continue-t-il. I do not understand pas nécessairement ce que se passait autour de moi. Mais le basket m’a aidé à sauver ma vie. »

Les nombreuses heures passées dans le gymnase ont été benéfiques en deux temps: d’abord seems that they are faisaient de lui a meilleur joueur de basketball, it seems that they are guarding «hors de la rue». « Ça m’a helpedé à me concentrer à l’école et au basket », dit-il.

With the help of ses entraîneurs, le jeune homme s’est créé « une routine de travail » pour la première fois de sa vie. In 2016, at the dernière saison avec les Dragons, he was named joueur le plus utile du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPECIAL

James Jean-Marie (à droite)

a dream

James Jean-Marie’s performances were given permission to release a scholarship to the Académie Athlos in San Antonio, Texas, when he finished his secondary studies. Au revoir, le Québec, bonjour, les États-Unis.

« C’était mon rêve depuis que j’étais tout jeune, dit-il. Quand je suis there à Jeanne-Mance, c’était ça, mon but. Je voulais dominer, m’améliorer, avoir the chance to leave. Mon coach a été vraiment honnête avec moi. Il m’a dit : “James, if c’est ce que tu veux faire, tu dois vraiment travailler chaque jour.” »

“C’est ce que j’ai fait”, ajoute-t-il simply.

After they are high school, the 6 foot 8 foot tall and 235 lb is joint at the Indian Hills Community College in Iowa, a member of the National Junior College Athletic Association (NJCAA). Il a découvert la culture du basketball au sud de la frontière.

Quand j’étais à Montréal, je pensais que j’étais fort. Mais quand tu vas de l’autre bord de la frontière, c’est d’autres types d’athlètes. Le basket est plus sérieux, c’est vraiment un business.

James Jean Marie

Mentally, il n’était « pas assez fort ». Mais le Québécois n’est pas du genre à baisser les bras, non. Il a travaillé. Il s’est amélioré « mentally and physiquement ». Il a développé “a vraie éthique de travail”. Although in 2019-2020, he will be able to enter Division 1 of the NCAA with the Toreros de l’Université de San Diego at the same time as the season ahead of his understanding with the University of Hawaii à Manoa.

Ce qui nous amène à cette année, in 2021-2022. He evolved with the Vikings from the University of Portland, with whom he accounted for 12.9 points, 8.9 returns and 26.6 minutes of games for match in plus of réussir 52.2% of ses lancers, dont 41.7% of the line of three points.

« [Aller à Portland], c’est la meilleure décision de ma vie, affirme-t-il. J’ai rencontré des gens formidable et ma carrière de basket a juste explosé. »


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPECIAL

James Jean Marie

Montreal

Au cours des derniers mois, James Jean-Marie a reçu des appels de différentes équipes de la Ligue elite canadienne de basketball (LECB). Mais c’est avec l’Alliance qu’il voulait vivre sa première expérience professionnelle of him.

« Je veux me développer en tant que joueur et créer des relations de vie avec mes coéquipiers, explain-t-il. Je veux gagner le plus de matches possible. Et je veux dominer, personnellement. I know that I’m a plus jeunes, mais c’est comme ça que je thought. »

Je suis prêt à avoir un grand rôle tout de suite. C’est mon but.

James Jean Marie

L’entraîneur-chef Vincent Lavandier a été très clair dans un récent entretien avec the press : c’est à l’entraînement que les joueurs devront mériter leur temps de jeu. Le Montréalais in a conscience. Ça paraissait déjà lors du premier entraînement, lundi. “Je donne tout ce que j’ai”, lance-t-il à ce sujet.

Et puis, il aura toutes les raisons de vouloir jouer le plus de minutes possible, alors que pour la première fois de sa vie, sa famille sera present dans les gradins cette saison.

« Mes parents ne m’ont jamais vu jouer de ma vie, évoque-t-il. Je n’ai jamais vraiment eu de système de soutien parce qu’ils devaient travailler. Ils ne pouvaient pas me support au basket pour des raisons personnelles. Mais là, du fait que je suis un professionnel à Montréal, tout le monde va être là le 29 mai prochain [pour le premier match à domicile]. »

James Jean-Marie understood d’ailleurs profiter de son retour dans la métropole pour s’implicar dans la communauté. Let me, on May 13, I visited the youth of their old school secondaire in the company of their co-student, Hernst Laroche.

« J’essaie de guider les jeunes vers le bon chemin et de les aider à protéger leur rêve. Tu dos prendre les bonnes décisions hors du terrain pour que ton rêve se réalise », dit-il.

« J’aime ça, m’implicar auprès des jeunes, leur parler, poursuit-il. Même sur les réseaux sociaux, si je reçois des messages, je réponds tout le temps. It seems that I have never been one of those people who did this for me when they met Jeanne-Mance. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.