Skip to content

Nancy, a relegation in National who sanctioned a sports fiasco

« Qui s’y rub s’y bite ». The plan of the AS Nancy-Lorraine (ASNL) never seemed to be well anchored in the reality of the previous seasons for the club. After the descente au deuxième échelon in 2017, the institution a souvent frôlé la relegation, avec plusieurs maintiens in extremis.

Cette année, the current lanterne rouge de Ligue 2 n’aura pas les moyens d’en réchapper. Opposé à Quevilly-Rouen on April 22, Nancy devait l’importer pour garder un espoir de maintien, mais l’opération sauvetage a tourné au naufrage. Sur le terrain d’abord (trois buts encaissés), puis en tribunes, d’où sont partis les fumigènes à l’origine de l’arrêt de la rencontre, from the 40and game minute

The ASNL devrait évoluer au troisième échelon national en 2022-2023 – ce sera officiellement acté le 4 mai –, une première depuis sa création en 1967. La formation au chardon pensait pourtant avoir trouvé son second souffle fin 2020, avec le rachat du club , started after 1994 by Jacques Rousselot, for a Sino-American consortium.

An organization in crisis

Appointed president of the ASNL, Gauthier Ganaye occupies in parallel the same function at the club d’Ostend, in Belgium, another formation détenue par le groupe, avec Barnsley, in Angleterre. A concentration believed to create synergies between the teams, but who did not instantly carry their fruits or Nancy, or their Belgian or English counterparts. Barnsley ended up at the dernière place et jouera en troisième division anglaise l’an prochain, tandis qu’Ostende achevé sa saison à la 12and place.

Vainqueur de la Coupe de France 1978 sous la tunique nancéenne, Olivier Rouyer deplores the absence of vision of the new actionnariat, who hopes to bring a rapid comeback to the elite. « Comment arriver à motiver des mecs que sont pratiquement tous prêtés ou en fin de contrat? Des gens que ne sont pas spécialement impliqués dans la mentalité lorraine, et qui ont certainement des agents que leur disent de faire attention à ne pas se blesser en vue de la saison prochaine. C’était unavoidable », analyze the ancient international tricolore (17 selections).

Avec un mercato économe basé sur les prêts et transferts gratuits, la valse des billets a laissé place à celle des entraîneurs. Quatre techniciens sont assis sur le banc nancéen en dix-huit mois depuis le rachat.

Sollicité de toutes parts, Jacques Rousselot s’est muré dans le silence, avant finally de revenir sur la situation de son ancien bébé. « Nous pensions tous que la nouvelle direction allait redonner un nouveau souffle financier à l’ASNL (…). Il ya également une gestion catastrophic sur le plan humain depuis plusieurs mois. Il n’y a plus de perspective, plus de projet commun », at-il déclaré dans les colonnes de L’Est républicain.

« Il n’y a personne pour direct le navire »

In effect, it is difficult to understand the 114 wages that have the gouvernail to Nancy. The club comptait jusqu’à peu three directors: Paul Fischer (pôle sportif), Pascal Rivière (comptabilité) and Romain Terrible (marketing et commercial), who quitted after February, without being justified. Quant à Gauthier Ganaye, beaucoup au club déplorent l’absence du trentenaire, qui se fait rare dans les bureaux.

President of the group of supporters « ASNL fans connexion », Jean-Michel Gonçalves considers that this absence of hierarchy played a considerable role in the bilan of the season. « Personne ne directs the club, il n’y a pas de meneur au-dessus de l’entraîneur ni au-dessus des salariés, livrés à eux-mêmes. The decisions are prizes at the last minute. Il n’y a personne pour direct le navire, c’est ce qui a manqué toute la saison », developpe-t-il.

Lire also: L’AS Nancy-Lorraine ne parvient plus à gagner mais ne s’en offusque pas

Celui who is also a member of “Nancy Partners” and manque pas d’égratigner Jacques Rousselot. « C’est lui qui avait mis en place les directeurs. Il ne s’est pas entouré des bonnes personnes. Paul Fischer, he c’est l’ami de toujours. Le trésorier Rivière était quelqu’un de confiance et Romain Terrible était are his ex-gendre. Quand des directeurs ont des paies de directeurs, mais ne font pas leur boulot, c’est inquiétant », estimate-t-il.

The formation pour comeback in Ligue 2

If the institutional crisis laisse présager une certaine instabilité, le consortium devrait rester en place, et ce n’est pas le financement participatif, I launched par les supporteurs pour attirer d’éventuels repreneurs, que devrait faire vaciller l’état-major actual. The need to reduce the wage mass pourrait cependant entraîner le départ de certaines têtes. Dans une season 2022-2023 de National où les deux premiers montent et les six derniers descendent – ​​réforme fédérale des championnats oblige –, the choix de l’humain will prevail.

« J’espère qu’ils ont conscience que c’est une reconstruction. Et tu ne peux pas rebuild sans t’éloigner du réseau local. Il ne faut pas s’entêter à distribur avec des gens extérieurs à la maison lorraine, que ce soit au level des futurs joueurs ou dans le choix de la direction », avertit Olivier Rouyer. Les actionnaires ne l’entendent pas de cette oreille, eux qui comenent de nommer l’Alemand Max Kothny et l’Indien Vikram Sud comme relais du Président Ganaye.

Avec des actifs restreints (six joueurs encore sous contrat, si l’on exclude les prêts), le salut sportif pourrait passer par la formation. Malgré los mauvais résultats de l’équipe première, l’ASNL occupait in 2021 the dixième place des centers de formation hexagonaux. « On nous dit qu’il ya un vide générationnel depuis 2016, mais c’est faux. Un jeune de la réserve – Thanawat Suengchitthawon – s’éclate avec les U23 [moins de 23 ans] from Leicester et Hakim Ghenouche to été elu meilleur latéral gauche in Autriche. On avait ces jeunes au center et on ne les a pas fait signer professionnels, je ne sais pas pourquoi », Plague Jean-Michel Gonçalves.

The casting errors that I will reproduce if Nancy veut de nouveau rubbed the Ligue 2 from this year 2023.

Leave a Reply

Your email address will not be published.