Skip to content

Nick Kyrgios, l’enfant terrible du tennis australien, finally sage?

With a sense of the “measure” that characterized him, Nick Kyrgios explained that he would understand: «Ce sera probably le match le plus regardé de tous les temps. » A la veille de disputer sa toute première demi-finale de Grand Chelem, l’enfant terrible du tennis australien trépignait à l’idee d’affronter Rafael Nadal à Wimbledon, vendredi 8 juillet.

Las, jeudi soir, l’Espagnol est venu doucher les espoirs de son cadet. Et celles du All England Lawn Tennis Club avec, lequel salivait des retrouvailles entre deux joueurs que tout oppose ou presque. Vaincu par un déchirure abdominale, le number 4 mondial a été contraint declarer ski pass: “Même s’il m’est arrivé plein de fois dans ma carrière de continuer à jouer dans des circonstances très compliquées, dans ce cas précis, si je continuais, la blessure n’allait qu’empirer”, at-il justified.

Lire also: Rafael Nadal declares forfait avant sa demi-finale of Wimbledon

Debut juin, déjà, l’Espagnol de 36 ans avait reporté son quatorzième Roland-Garros sur un pied – brought later by radio frequencies (which endorment the nerfs douloureux). L’heroïsme a des limits: sans ceinture abdominale et donc sans possibilité de bien ser ser, l’entreprise cette fois était vaine, a fortiori against an adversary a la main verte.

After he landed on the London pool, Nick Kyrgios saw the best fortnight of his career and propelled himself back into the finale, or the frontier of Serbe Novak Djokovic dimanche. After his victory in the quarter finale in Chile, Cristian Garin (43and mondial), mercredi, il s’est livré comme rarely sur le court, inhabituellement ému.

I considered par beaucoup sur le circuit et en dehors comme un talent gâché – à commencer par ses glorieux compatriotes qui le voient, selon ses mots, comme un « outcast » –, l’Australien n’était pas loin de leur donner raison: « I never thought that you would be in the demi-finale of a Grand Chelem, I realized that you had missed my chances. Je n’ai pas visé les sommets plus tôt dans ma carrière et j’ai peut-être perdu du temps », admettait le joueur downgraded to 40and place mondiale – il s’était hissé au 13and rank in 2016.

« J’ai grandi, je me sens comme un vétéran »

Paradoxically, it is dans ce décor chargé d’histoire où on ne badine pas avec les traditions that Nick Kyrgios, apôtre de l’irrévérence, s’était révélé au grand public. In 2014, the 19-year-old teenager was eliminated in the finale… Rafael Nadal, who was number one in the World Cup. A l’époque, cette victorious tout en panache du 144and mondial avait ébahi bien au-delà des frontières pimpantes du All England Club.

Before becoming a joueur qui divise sur le circuit et joue les «intermittents du spectacle», adepte des pitreries et «punchlines» sur les courts et ailleurs, l’ancien number un mondial junior était surtout un gamin précoce, bourré de talent. A service of lead du haut de son 1.93 m, a coup droit qui claque et une bonne dose d’impudence, assurant le spectacle à grand renfort de «tweeners» (coups entre les jambes) et de services à la cuillère, among autres.

Lire also Tennis : in Marseille, Kyrgios soulève is the first trophy

Depuis son baptême réussi sur le Center Court il ya huit ans, l’Australien a enchaîné les coups d’éclat, affichant un surplus de motivation à chaque occasion de dégommer les têtes d’affiche (il détient le meilleur pourcentage de matchs gagnés face au trio Nadal-Federer-Djokovic), sans connaître l’existence des mots rigueur et constancy.

Mercredi, the droitier of 27 years is returned on this sinusoidal trajectory: « Si vous aviez sued à quelqu’un si j’étais capable d’aller en demi-finale de Wimbledon, I thought that tout le monde aurait probably said: “Non, il n’a pas la capacité mentale, il n’a pas la capacité physique, il n’a pas la discipline, etc.”, at-il développé. Les fois où je suis there also loin dans a Grand Chelem [quarts à Wimbledon 2014 et Open d’Australie 2015], je n’ai pas été capable de faire la part des choses. Mais j’ai grandi. Les gens oublient souvent que ça fait presque dix ans que je suis sur le circuit. Je me sens un peu comme un vétéran. »

Sortie au pub jusqu’à l’aube

In the beginning of the week, I was previously exhumed by journalists with an anecdote that summarizes their seule personnage: « Il fut un temps où il fallait me faire sortir de force d’un pub à 4 heures du matin pour jouer un deuxième tour de Wimbledon contre Nadal [en 2019, défaite contre l’Espagnol en quatre sets]. J’ai parcouru un long chemin, c’est certain… »

Il ensuite poursuivi longuement l’introspection en conférence de presse après son quart de finale, abandonnant un ton jadis arrogant: « Il ya eu un momento où j’en avais presque fini avec le sport, I rappelled Nick Kyrgios, who was revealed in his debut this year on Instagram about his self-destructive and suicidal thoughts at the Australian Open 2019. Au début de l’année, j’avais perdu l’amour du jeu, perdu l’étincelle. Puis certaines choses ont change dans ma vie. J’ai l’impression de jouer mon meilleur tennis et d’être bien dans ma peau. Je me sens bien, je me sens calme, je me sens mûr. The route to été longue. »

Goodbye to the « kyrgioseries » ? Pa si vite… L’Australien s’est attiré les sifflets du public dès son entrée en lice sur le gazon londonien, crachant in the direction of a spectateur, puis interpreter une farce avec le Grec Stéfanos Tsitsipas au troisième tour, entre engueulades avec l ‘Arbitre, penalty point, balanced ball dans le public et demande de disqualification. In moins d’une semaine, l’interest to dû s’acquitter of 14,000 dollars (13,700 euros) d’amende.

Et ses tourments risquent de se prolonger quelle que soit l’issue de cette quinzaine : accused of assault by an old petite friend, and he was cited in comparison by a Canberra court that debuted last year.

Leave a Reply

Your email address will not be published.