Skip to content

Pour le golfeur biterrois Edouard Cereto, le rêve américain va bientôt devenir réalité at 18 ans

Le jeune biterois va s’envoler, d’ici quelques semaines, pour l’autre côté de l’Atlantique.

Personne ne peut encore dire ce qu’il fera dans quelques années, ni même jusqu’où son talent l’emmènera. Mais s’il ya bien quelque chose qui ne fait aujourd’hui aucun doute, c’est qu’Édouard Cereto se battra jusqu’au bout pour atteindre son rêve de him.

Celui qui le guide et l’accompagne depuis ses jeunes années et sa découverte de la petite balle blanche. “J’avais trois ou quatre ans, je m’amusais à m’asseoir sur le sac de golf de ma mère, se souvient le jeune espoir de 18 ans, sourire aux lèvres. La voir jouer, cela me donnait envie d’essayer. Et depuis, je n’ai plus arrêté.”

Départ pour l’Iowa

C’est au Maroc, où il a passé son enfance, que le golfeur biterrois a développé cette passion et son envie de faire carrière, avant de revenir en France “pour jouer avec les meilleurs”. I licensed the Paris Country Club, the vice-champion of Maroc, to chain the performances for three repertoires by the Fédération française de golf, which had permission to integrate the Pôle Espoir de Montpellier.

Une structure qu’il aura fréquentée during several mois, jusqu’au début de la crise sanitaire et son installation, avec ses parents hôteliers, à Béziers. The debuts of a new stage in the same way, in those weeks, with États-Unis, or as a member of an American University in Iowa.

“Mon avenir dans le golf, je le vois loin, et pas dans un futur proche”

“C’est le pays du golf, beaucoup de joueurs français y vont. J’ai conscience d’avoir beaucoup de chance. La plupart des étudiants ressortent avec quelque chose. Soit ils deviennent professionnels et réussissent dans le sport, soit ils repartent avec a diploma. And you think after a long time, it’s a peu le rêve américain que je vais vivre”se réjouit d’avance Édouard Cereto, d’ores et déjà impatient de vivre cette aventure.

“I already forced a peu d’appréhension, but I didn’t think so that I might be able to talk about pressure. I’m going to leave Seoul, in a country that I don’t know about and with a different language. beaucoup de tranquillité. Mon avenir dans le golf, je le vois loin, et pas dans un futur proche. C’est un projet sur le long terme. Je sais que je dois continuer à progresser et à grandir pour atteindre mes objectifs. Aujourd’ hui, la seule chose que je ressens, c’est de l’envie et une énorme motivation.”

Des ambitious ambitions

Des mots qui collent parfaitement à l’état d’esprit et à la mentalité du garçon. Très entouré par ses proches of him, dans sa famille or au sein de son staff sportif et Médical of him, Édouard Cereto affiche déjà une grande maturité et sait parfaitement où il veut aller et comment and arriver.

“Mon objectif, c’est d’aller toujours plus haut. Après, c’est sûr que sije vois que je na’ai pas les capacités requisites, je ne voilerais me pas la face. Mais j’ai envie de gagner un maximum de tournois et pourquoi passed from becoming a world number.

The brand of grands champions. À lui de jouer…

A success of prestige in Saint-Andrews

S’il n’a encore que 18 ans et une prometteuse carrière à écrire, Édouard Cereto a déjà reporté several titres majeurs depuis ses débuts dans le world du golf, et notamment un. C’était il ya trois ans, sur le mythique gazon de Saint-Andrews.

“Mon plus grand souvenir, c’est ma victoire in 2019 at Écossehe was licensed by the Saint-Nom-la-Bretêche club. Tous les golfeurs rêvent de jouer là-bas, c’est un peu la Mecque du golf. Donc gagner sur ce parcours, c’est juste exceptionnel. J’ai d’ailleurs eu la chance, grace à ce titre, d’être photographié sur le famous pont Swilken Bridge. C’est un très beau souvenir, cela donne envie de travailler encore plus pour y regoûter.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.