Skip to content

Rugby : bodily trainers and kinésithérapeutes de l’ASBH jouent la carte de la prévention

With a purpose to forestall the blessings, the joueurs are supervised and totally different work protocols are mis en place for the workers to keep away from those that are usually not blessed.

Plus costauds, plus rapides. Les rugbymen sont devenus, aujourd’hui, de véritables machines de guerre des prés. Leurs gabarits enhance au fil des années. Surtout, ils développent une puissance phénoménale. I completed the époque des piliers “mammouth” qui marchaient de tas en tas. Les gros sont désormais capables d’aller très vite. Et quan il s’agit d’arrêter ces autobus, lances à pleine vitesse, cela peut parfois faire mal. three incorrect

Tous sur le pont

Comme tous les jeudis matins, au stade Raoul-Barrière, où débarque Rouen, ce vendredi, lors des matches à domicile, les joueurs se préparent à effectuer une ultime mise en place. Florent Jaulin, the kiné de l’équipe, est sur la brèche. Il strappe certains joueurs et en masse d’autres. Jamie Hagan, le solide pilier droit de l’ASBH, is amongst his mains. Les blagues fusent. After three hours, within the bodybuilding room, Alexis Mudarra, the individual in control of bodily preparation, can be on the bridge.

Deux kinds of blessings

If l’un fabrica des muscular tissues et l’autre les dream, les deux hommes travaillent de live performance. Leur however étant de faire en sorte qu’il y ait le moins doable de joueurs blessés. In sachant qu’il there are two kinds of blessures. Avec, en primer lieu, cells who can’t survive: direct trauma. Ce sont des contusions ou encore des entorses because of des torsions involuntaires: “Nous pouvons faire toutes les préparations physiques du monde, cela ne changera rien, relieve Alexis Mudarra in souriant. Rugby is a contact sport, a fight sport, it’s unattainable to keep away from the sort of trauma.” Lorsque sur une touche, face à Colomiers, le talonneur Wilmar Arnorldi s’est blessedé à une cheville c’est parce qu’un adversaire lui est retombé dessus.

a number of components

When il ya un blessé, les préparateurs physiques et les kinés se réunissent pour faire le level : “Nous étudions pour voir si la blessure aurait pu être évitée, Be aware Alexis Mudarra. Et souvent, les facteurs sont multiples. Le joueur était-il fatigué ? Si c’était le cas, y avait-il des signes que nous avons sous-estimés ? And at-il des antécédents ? Nous regardons tout ce qui peut nous permettre de comprendre pourquoi le joueur s’est blessedé.”

recurring blessings

Florent Jaulin remarked, this season, that the blessings are un peu plus recurring. Il effectue des statistiques lors de chaque bloc de matches et relève les maux les plus récurrentes: “Nous demandons, cette année, a quantity de jeu plus essential aux joueurs, Consider the kiné. Il ya donc plus de programs. Nous avons ainsi I seen extra muscle accidents and tendinopathies. C’est un peu notre bête noire cette saison!”

S’adapter au terrain synthétique

Les joueurs ont aussi dû s’adapter au nouveau terrain synthétique, où les appuis ne sont pas les mêmes que sur du gazon naturel. Pour la suite, préparateurs physiques et kinés se veulent toutefois rassurants: “Nous attendons moins de blessés sur la periode de l’hiver, Prevoit Florent Jaulin. La préparation a été bâtie ainsi.”

Prevention work

Les préparateurs physiques doivent aussi gérer l’état de forme et l’âge des joueurs. Un jeune récupère mieux qu’un ancien qui n’encaissera pas les memes prices de travail. Sans omettre tout un travail de prévention : “Il faut étudier les antecedents de blessure du joueur, clarify Alexis Mudarra. Il effectue, par exemple, un travail personnel de renforcement, géré par les kinés. Ce travail est intégré dans le planning des séances de musculación. Cela peut être par instance, le renforcement de la nuque.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *