Skip to content

Rugby. Simon Zebo victim of racism lors d’un match : “Ce moment hante toujours”

Simon Zebo to where they are point of view on the disciplinary decisions on the racism affairs (©Icon Sports)

The 12 January 2019, the Irish international ailier simon zebo (32 years; 35 selections) was a victim of racism in the Champions Cup match between Ulster and Racing 92, Au Kingspan Stadium from Belfast. Lors de ce match, a supporter present in tribunes avait uttered racist insults à l’égard du joueur du Racing 92. Le club Ciel et Blanc s’en était ému auprès de l‘EPCR, l’instance in charge of European competitions. Cette affaire avait secoué le irlandais club que, conséquence, n’avait pas lésiné sur la sanction et avait tout bonnement banni à vie de stade le supporter coupable de ces propos.

With a broadcast broadcast on the social networks of World Rugby, simon zebo est revenu sur ce moment particulier. Né d’un père martiniquais et d’une mère irlandaise, l’ailier exige des punitions beaucoup plus lourdes pour supprimer le racism dans le rugby. « Ce n’est pas quelque chose d’incroyablement cache, c’est comme si ça arrivait tous les jours. Ce serait bien qu’on en fasse plus à ce sujet et qu’on s’y intéresse davantage. Il devrait être éradiqué à ce stade, mais c’est sad de voir que ce n’est pas le cas« , a déploré l’actuel joueur du Munster.

« Ce jour à Belfast me hante encore. Il ne s’en va pas… »

Très ému lorsqu’il se souvient de cet incident, Simon Zebo avait remercié la province de l’Ulster pour sa prize de partie et sa décision de bannir son supporter, mais ce souvenir reste dans la tête de l’Irlandais: « Ce jour à Belfast hante me encore. Il ne s’en va pas. À chaque fois que j’y thought, je vois comme une tâche dans me souvenirs.

« Il ya toujours cette pensae qui me trotte dans la tête. Est-ce que j’aurais dû réagir différemment ? Je ne dis pas que j’aurais dû aller frapper le supporter, » raconte Simon Zebo. « Mais fallait-il que je quitte le terrain? J’aurais pu dire à mes entraîneurs que je ne voulais plus jouer après ce moment. More je n’en sais rien. Ça me hante toujours un peu. »

« Ils ont de la chance que je ne you are pas le juge qui prononce les peines… »

In September, the demi de mêlée de Provence Rugby (Pro D2), Ludovic Radosavljevic, who was banned for 26 weeks before uttering racist insults against Christian Ambadiang, camerounais ailier de Nevers. After the verdict of the disciplinary commission, Simon Zebo agreed to suggest that a ban on the land is also appropriate for « Rado ».

The international irlandais, passed by the Racing 92 from 2018 to 2021, propose to stay on the decisions. « For example, if a supporter says that in case of racism, they are team is relegated ou qu’elle lost des points au classement, il ne proférera pas ces insultes. Ces derniers doivent understand qu’il already des conséquences à leurs actions,» estimates Simon Zebo.

« You want to see that a perdre are employed if I thought that it is normal to abuse someone who is racist. Je serais très très sévère dans les punitions. Ils ont of the chance that je ne you are pas le juge qui prononce les peines, car there is zero tolerance for racism« , concluded the native of Cork. A poignant temoignage qui doit faire réfléchir sur les conséquences du racism dans le sport.

Cet article vous a été utile? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . In one click, after inscription, you and retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply

Your email address will not be published.