Skip to content

Tennis-WTA Masters. Caroline Garcia flew in finale, où she l’attend… Sabalenka

La Lyonnaise battu aisément la Grecque Maria Sakkari (6-3 6-2) in demi-finale et pourrait s’offrir le plus beau titre de sa carrière. She is the troisième Française à atteindre ce stade de l’épreuve.

Extremely-motivated, free, impériale sur le court docket, Caroline Garcia s’est supplied sa première finale du Masters WTA, in battant la Grecque Maria Sakkari, en expérant faire mieux encore, Monday in Fort Value (Texas), in opposition to Bélarusse Aryna Sabalenka , tombeuse shock d’Iga Swiatek.

Troisième Française à atteindre ce stade de la prestigieuse épreuve, it could change into the deuxième à jouter son nom au palmarès, after Amélie Mauresmo, sacrée aux dépens de Mary Pierce in 2005, lors d’une finale 100% tricolore d’un autre temps. “C’est une étape supplémentaire, très necessary dans ma carrière, je suis vraiment très fière”, Stated, at a press convention, the 29-year-old Lyonnaise (No. 6 worldwide) who was completely satisfied to have her premiere participation in 2017, when she was able to do the demi-finale face of America Venus Williams.


On the time, she arrived in Singapore on the final minute, euphoric après deux Glanés titres aux WTA 1000 de Wuhan et Pékin. Cette fois, c’est dans l’incertitude, après le départ inattendu de l’entraîneur Bertrand Perret, that the Lyonnaise aboard le tournoi. Power est de estater qu’elle a trouvé les ressources mentales – et physiques, les jambes sont lourdes en cette fin d’année –, pour tenter de décrocher son quatrième titre de la saison, que serait le 11e de sa carrière de ella, le plus beau of her additionally.

Match le plus abouti

Un défi, que tient à une victoire, non pas contre Iga Swiatek, comme tout le monde le prédisait – il n’y avait qu’à entendre les questions sur la façon de battre la Polonaise en conférence de presse –, mais face à Sabalenka , spectacular dans l’autre demie (2-6, 6-2, 6-1).

Face à la Bélarusse, 7e mondiale, Garcia pour l’heure un bilan équilibré (deux victoires partout), mais elle rappellera l’avoir battue cet été, sur la route de son sacre à Cincinnati. « Aryna est une joueuse très puissante, énorme service, énorme coup droit… Elle montre toujours beaucoup d’émotion sur le court docket, en allant chercher ses coups. Il faudra que je mette de la pression sur elle »at-elle exposé.

If there may be precision within the aggressiveness, prefer it and it’s three good parvenue for participant 6-3, 6-2 Sakkari (No. 5 world), even after they’re match probably the most concerning the tour, the espoir is permis. « Costly » to in effet constamment mis son adversaire sur le reculoir et souvent à la faute. Tranchant on return, nicely happy contained in the court docket, she took benefit of the recurring fever on the service of the Grecque to offer her first set in 35 minutes.

I misplaced a struggle of 2h27 autant éprouvante physiquement que mentalmente la veille pour battre la Russe Daria Kasatkina, Garcia n’a pas montré de signe de fatigue. He encore appuyé sur l’accélérateur au second set, entamé avec deux consécutifs breaks pour detacher 4-0.

6 aces qui font 379

Tout ou presque lui a réussi dans ce match, à l’picture de cette volée amortie pour annihiler un passing pourtant nicely exécuté par Sakkari, que n’en était plus qu’à lâcher ses coups pour tenir la cadence infernale. La Française s’est aussi montrée très efficace au service, avec 6 aces venus gonfler are whole à 379 cette saison, domaine où elle est certain de finir en première place devant la Kazakhe Elena Rybakina (370).

Pour « Costly », être en finale du Masters constitutes an enormous satisfaction, after a flamboyant été, which is able to carry three titres (Unhealthy Homburg, Varsovie, Cincinnati), avant d’atteindre les demies à l’US Open. Une renaissance, après plus de quatre ans sans éclat, entre crise de confiance, tennis en perdition et soucis physiques récurrents, qu’elle a réussi à surmonter cette année, grâce à son travail effectué avec Bertrand Perret, preponderant dans sa remontée de la 75e place within the prime 5 worldwide, which shall be a part of the difficulty of the tour.

Sans lui désormais, donc, mais l’aide ponctuelle, et bénéfique, du coach argentin Juan Pablo Guzman, who avait déjà travaillé avec elle l’an passé, elle retrouve de l’allant au meilleur second. Within the coronary heart of a spherical of robust feelings au milieu du Texas, she might, on the worth of a final effort, find yourself being enveloped in a bout of paradise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *