Skip to content

trois ans après, la nouvelle Coupe Davis peine toujours à convaincre

The format plus the centenary of the well-known competitors for nationwide groups avait été handed à la trappe in 2019 after the rachat de ses droits d’organisation par la société Kosmos, soutenue notamment par le footballeur barcelonais Gerard Piqué.

Finis les quatre excursions s’étalant de février à décembre, finis les matches en cinq units, finis aussi les duels nation contre nation, chez l’un des adversaires, gages d’une ambiance souvent enflammée, la fameuse ambiance «de Coupe Davis» .

Let it’s modified after its conception, the brand new method, effectively extra sophisticated than the historical past, is the subsequent 12 months: a primary eliminatoire tour (that France franchi en mars à Pau contre l’Equateur), puis une part de poules dans quatre villes (fatale cette semaine aux hommes de Sébastien Grosjean) et fin la part finale dans un seul lieu, cette année Malaga en Espagne (22-27 novembre) dans le format quarts, demies et finale.

Le however était de regagner l’intérêt des médias et des followers, que s’émoussait depuis longtemps en raison du manque d’implication des meilleurs mondiaux, dissuadés, croyait-on, par l’étirement de la competitors sur une trop longue période. Mais power est de estater que les organisateurs ont manqué leur cible.

A public clairseme

Beaucoup de grands noms se sont abstenus cette semaine, blessé (Rafael Nadal), encore trop juste (Alexander Zverev), or pour d’autres raisons (Novak Djokovic, Nick Kyrgios, Marin Cilic…)

Répartie à current dans quatre poules et quatre villes (Glasgow, Bologne, Valence, Hamburg), the part of groupes réunissant 16 équipes au lieu de 18 en 2021 s’est déroulée dans un relatif anonymat médiatique, pas aidée par la retraite de la légende Roger Federer annoncée jeudi.

She did not do greater than assault the foules, as I may see and perceive the premier match in opposition to Mardi l’Australie in Belgium, I performed in temper in Hamburg. Même pour la rencontre entre l’Allemagne et la France, mercredi, les tribunes étaient loin d’être pleines, quelques milliers de personas seulement ayant payé le prix elevé des locations (plus 60 EUR).

“I crashed” for the prix des locations

“J’ai été colque quand j’ai vu le prix du billet”, declared the German Jan-Lennard Struff after his victory in opposition to the Français Benjamin Bonzi mercredi. « It’s completely comprehensible that peu de followers soient venus appears to be merely trop cher. C’est une honte », at-il ajouté him.

Le fait de disputer des matches en semaine, des horaires tardifs, a également joué: a Glasgow, des spectateurs ont dû quitter les tribunes avant la fin du double décisif des Britanniques face aux Américains mardi, la rencontre s’étant achevée aux alentours d ‘une heure du matin heure locale.

Sur le plan sportif, les joueurs n’ont pourtant pas démérité, offrant parfois des oppositions de haut vol. Félix Augier-Aliassime additionally created the shock in battant le nouveau World No. 1 Carlos Alcaraz, tout juste titré à l’US Open, who allowed Canada to dominate l’Espagne à Valence after a double décisif. D’autres rencontres ont également fed the suspense jusqu’au bout des doubles : France-Allemagne, Pays-Bas – Grande-Bretagne…

Le passage de poules de quatres équipes à trois a eu un avantage: la fin des calculs savants de l’an passé pour determinate les deux meilleurs seconds parmi les six poules. Extra le format behaves toujours des incongruités, comme ces rencontres sans le moindre enjeu disputées une fois les équipes eliminées, (Belgique-France samedi, Grande-Bretagne – Kazakhstan dimanche), ou le calendrier inégal, certaines équipes bénéficiant d’un jour de repos supplémentaire avant des rencontres cruciales.

Leave a Reply

Your email address will not be published.