Skip to content

Une nouvelle ère en basketball féminin chez les Gee-Gees

L’entraîneuse intérimaire is feverish with the idea of ​​starting a new season, but she has no cache because the pressure is great.

Je thought that month cernes in disent long sur la pressionrigole la jeune femme de 32 ans. “,”text”:”C’est beaucoup de travail et beaucoup de stress, mais pour l’instant le changement a été bien accueilli par les joueuses et le personnel.”}}”>C’est beaucoup de travail et beaucoup de stress, mais pour l’instant le changement a été bien accueilli par les joueuses et le personnel.

Il suffit de passer quelques minutes à regarder un entraînement pour réaliser que les joueuses apprécient d’être directed par l’une des leurs, une ancienne de l’organisation de surcroit.

Les joueuses des Gee-Gees à l’entraînement à l’Université d’Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

C’est vraiment important pour moi. Toutes nos entraîneuses sont des femmes. C’est la première fois que ça m’arrive. C’est valorisant et stimulant. Il ya une complicité et elle est proche des athletes, c’est un bon mixexplain Brigitte Lefebvre-Okankwu.

Ce n’est pas quelqu’un qui va crier. Elle nous fait feel good et nous pousser à donner l’effort à 100%. Ella c’est une bonne motivatricefor the meneuse Nadine Katumbayi.

Une jeune joueuse de basketball took the pose devant un terrain pendant en entraînement.

Nadine Katumbayi will be an important piece of the Gee-Gees of the University of Ottawa cette année comme meneuse.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

« Je thought qu’on a des filles très athlétiques cette année. On veut vraiment courir sur le terrain et défendre. On a des grandees à l’intérieur que sont très fortes, alors on essaie de leur donner la balle et de les laisser jouer. »

A citation of Nadine Katumbayi, Gee-Gees of the University of Ottawa

Pour connaître une bonne saison et peut-être aussi confirmer son poste comme entraîneuse, Joly compte amener de la nouveauté tout en gardant les grandes lignes du style de jeu imposed par l’ancien entraîneur Sparks à la barre de l’équipe.

On va garder un peu la philosophie des dernières années avec une défensive très agressive sur le ballon. On ne donnera pas beaucoup d’opportunités à l’intérieur. Nous avons des centers qui sont les meilleures au Canada. Dans la transition offensive, on veut vraiment miser sur le conditionnement physique et couvrir le terrainraconte Joly.

Une season avec sa part d’inconnu

Les Gee-Gees devront gérer an effectif plus jeune et inexperimenté qu’à l’habitude, notamment cause par l’arrêt dû à la pandémie. A dizaine de joueuses n’ont toujours pas foulé le terrain lors d’un interuniversitaire match.

« Il ya beaucoup de nouvelles filles. Des nouvelles jambes avec un peu plus d’energie. Ça va être le fun! »

A citation of Brigitte Lefebvre-Okankwu, Gee-Gees of the University of Ottawa
Une jeune femme prend la pose devant un terrain de basketball avec un ballon dans les mains.

Brigitte Lefebvre-Okankwu s’aligne avec les Gee-Gees pour une 4e saison.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Je thought qu’on a vraiment besoin d’exécuter, on est une jeune équipe en expérience et en agepoursuit Katumbayi.Il faudra vraiment écouter coach Rose et mettre en pratique ce qu’elle nous apprend.

Un nuage de mystère entoure également cette nouvelle saison après un an d’arrêt. The different universities in connaissent peu sur leurs adversaires et les changes ont été nombreux dans les formations.

C’est beaucoup d’inconnu! On l’a vu in pre-season. Nous n’avons pas de clip video et on ne connait pas l’alignement des autres équipes que sont pleins de nouvelles joueuses. Ce sera plus facile d’avoir des objectifs à de Noëlanalyze Joly.

Les joueuses ne craignent pas ce défi, rappelant que toutes les formations du pays sont dans le même bateau.

Il faudra pratiquer et faire beaucoup de videos. Demander quelques informations aux anciennes aussi. Toutes les équipes sont dans la même position, alors ce sera vraiment qui veut le plus gagnerinsists Lefebre-Okankwu, qui rappelle that the rivalité Ottawa-Carleton occupera encore le haut du pavé cette saison.

Les Gee-Gees are motivated to do well and see a champion. D’autant que le succès sur le terrain pourrait dictate l’avenir de Rose-Anne Joly à la barre de l’équipe.

Leave a Reply

Your email address will not be published.