Skip to content

Victoire construite et en sobriété de Biarritz (32-23)

Along with the victory in opposition to Oyonnax, he BO n’est pas handed loin du succès sur deux des trois autres rencontres (in opposition to Mont-de-Marsan avec un bonus défensif et à travers le nul à Nevers) et c’est une des satisfactions by Shaun Sowerby, entraîneur des avants. Ce denier…

Along with the victory in opposition to Oyonnax, he BO n’est pas handed loin du succès sur deux des trois autres rencontres (in opposition to Mont-de-Marsan avec un bonus défensif et à travers le nul à Nevers) et c’est une des satisfactions by Shaun Sowerby, entraîneur des avants. Ce dernier retient that they’re his staff n’est jamais larguée au rating et se bat jusqu’au bout.

Ce vendredi soir, face à Carcassonne et devant des tribunes timides et clairsemées, les Biarrots ont mounted les premières pierres de cette development dont ils parlent tant. After a première mi-temps convaincante en assault, launched by Barry, ils ont su gérer leurs temps faibles et le peu de temps forts de la seconde – encore par Barry – pour empêcher Carcassonne de Croire on a return. And surtout l’importer (31-23).

Creation vs realism

Il faut pourtant se méfier des impressions, elles peuvent être trompeuses. The premiere mi-temps donnait justement celle que le BO avait envie de faire parler sa jeune confiance del es ses potentielles qualités de el, pour l’on the spot vues en pointillé. Les liaisons se faisaient plus fluides et les joueurs, auteurs de prestations solides depuis le début, en récoltaient les fruits. L’ailier Steeve Barry, left the writer of a double in opposition to les Montois, marked the primary essai in bout de ligne après a décalage pris by Cadot et une dernière passe de Dixon (2e, 7-0).

Couilloud restait sur cette lancée, avec un intervalle pris après une touche captée du bout des doigts par Dixon. Le demi de mêlée faisait la dernière passe, au second d’être repris, for Speight’s conclusion (13e, 14-0e). Erdocio took benefit of the hostile numerical inferiority (jaune de Marti) for an additional sa touche en pressure, dans un trou de filou (28e, 21-7).

Jusque-là, les Basques semblaient maîtriser le match. Jusqu’à doucement perdre leur vitesse et se faire endormir par le réalisme de Carcassonnais pourtant sans trop de options en assault. Ces derniers se rabattaient alors sur le travail des gros, avec deux essais pour deux intrusions dans le camp du BO. Added a penalty by Mouchous avant mi-temps et l’impression de dominacion locale était nuancée par le panneau d’affichage (21-17). Presque irritating au second de rethink a conquête plutôt bien en place, a grosse activité de Dyer, Dixon et Jalagonia, au hazard initiated by Jonas et aux beaux gestes dans le jeu.

Et encore Barry…

Au retour des vestiaires, chacun a fait son petit spectacle: passes en ligne pour les Biarrots, gros tampons dans les boucliers pour les Audois. An indication for the suite? Pas bon en tout cas pour Erdocio, prié to extend the pause with a carton jaune pour fautes répétées (43e). Côté biarrot, était-ce le second d’inspirer, souffler, inspirer, souffler, comme les joueurs le font souvent en cercle et laisser passer l’orage? Absolutely, d’autant plus que le pied de Mouchous laissait les Carcassonnais au contact (24-23, 57e).

Comme à Nevers, le BO laissait ses avants rebuke le fil du match et refaire chanter le discret public du soir. D’une motion jouée à la fundamental par les avants et d’une prime hat mi-risquée mi-géniale, Germain envoyait son ailier, ancien septiste, Barry, dans a conclusion comme il en a l’expérience avec pas moins de 187 matches en staff from France to September : in coin (29-23, 62and). Il fallait surtout s’en contenter automotive le jeu ne retrouvait pas les envolées de la première mi-temps, mais se changeait en bataille mentale et physique.

Dernier signe de ce travail en cours côté biarrot, l’appétit de Barry, toujours, et de Soury que voulaient jouer la dernière pénalité en touche pour le bonus et non la tenter. Mais Millar restait sage ou conscient de la fragilité toujours current de son équipe et indiquait les poteaux pour la précision de Bosch. Ce dernier et Soury avaient justement la lucidité d’à comb savorer cette victorious after the match. Il faudra au moins de là dans quinze jours, à Montauban (Jeudi October 6, 9 pm). Dernier signe de ce travail en cours côté biarrot, l’appétit de Barry, toujours, et de Soury qui voulaient jouer la dernière pénalité en touche pour le bonus et non la tenter. Mais Millar restait sage ou conscient de la fragilité toujours current de son équipe et indiquait les poteaux pour la précision de Bosch. Ce dernier et Soury avaient justement la lucidité d’à comb savorer cette victorious after the match. Il faudra au moins de là dans quinze jours, à Montauban (Jeudi October 6, 9 pm).

Leave a Reply

Your email address will not be published.