Skip to content

Victoire d’Iga Swiatek, uncontested patronne du tennis féminin

Après s’être entiché de la Japonaise Naomi Osaka, à la personnalité crue mais aux résultats trop inconsistants depuis deux saisons, puis de l’Australienne Ashley Barty, n°1 mondiale avant l’annonce surprise de sa retraite, à 25 ans, en Mars dernier, le tennis féminin tient enfin avec Iga Swiatek une tête d’affiche qui dure. On June 4, the 21-year-old Polonaise logically saved the Coupe à Roland-Garros après avoir fait visiter le court à la promesse du tennis américain Coco Gauff (18 years) in the finale du Grand Chelem parisien (6-1, 6-3 ).

Les signs d’une patronne sont moins à chercher dans ses conférences de presse, toujours très convenues, qu’à la lecture de ses feuilles de match: pour empocher son deuxième Roland-Garros, après un succès unattended il ya deux ans pour celle qui n’était alors that the 53and Joueuse mondiale, the Polonaise n’a eu kiss that d’1 h 15 in moyenne sur ses sept matches, ne cedant qu’a seoul sept sur les 15 disputés à Paris. La seule joueuse à lui avoir subtilisé une manche, la Chinoise Zheng en huitième de finale, avait ensuite rose une deferlante dans les deux suivantes, por une victorious 6-7, 6-0, 6-2 à l’arrivée.

Avec ce nouveau succès – son sixième titre déjà cette saison après ceux décrochés à Doha, Indian Wells, Miami, Stuttgart et Rome – Swiatek prolonge sa série d’invincibilité à 35 matches, égalant l’Américaine Venus Williams, jusqu’ici unique détentrice du record pour une joueuse au XXIe siècle, après être revenue à hauteur de l’autre sœur Williams, Serena, au précédent tour (34 successes d’affiliate). La Polonaise reste cependant loin de la barre placée très haute par la Tchèque Martina Navratilova et ses 74 victories de rang de la dans les années 1980. “Ces statisticas ne sont pas utiles, elles ne m’aident pas”, Confidence in the interest during the fortnight of Porte d’Auteuil, aware that the series of victories pourrait alourdir le poids de sa prochaine défaite.

If she prefers to stand out from the bruissement médiatique who entoure désormais chacune de ses sorties, c’est que la joueuse a fait de la résistance à la pression la première de ses luttes en dehors des terrains. In the term of rencontres passedées à asphyxier ses concurrentes du fond du court, the Polonaise issued alors le plus souvent ses tête-à-tête face à la presse, suivant l’une des recommendations de sa préparatrice mentale of her, Daria Abramowicz.

A collaboration entamée dès ses 17 ans alors que la Polonaise ne figurait pas encore parmi les cent meilleures joueuses au classement WTA. « Dès le début, elle a été très ouverte (…) She felt that she avait kissed a different psychological approach from what is habitually done. C’est assez rare à cet âge-là », glissait-elle cette semaine à liberation. « If you have a high level of attention like Iga, it is completely normal and it is from the pressure, and it is impossible from the faire shooting. If you essayez, vous allez perdre de l’énergie uselessly. On labor donc en pleine conscience: if you accept that you are lively, there are already more chances that you are capable of pleasure and attention than you chose, like the performance or the work of recovery. »

In the final of the Ligue des champions, I played Saint-Denis during the fortnight and that « aurait aimé » voir, at-elle confessé, ou à l’air du temps fed par les réseaux sociaux, Swiatek résiste encore, preferring the lecture plus sage du dernier Yuval Noah Harari, ou un classique d’Agatha Christie: « Peut-être que dans deux ou trois ans, je pourrai le faire mais, pour le moment, c’est trop difficile. Je risque de ne pas pouvoir me concentrate suffisamment sur le tennis. Il faut que je reste dans ma routine. » La bulle semble nécessaire dans un tennis féminin en manque de stabilité depuis plusieurs saisons – le palmarès du tableau dames restait sur huit vainqueurs différentes – qui prédit sans doute trop vite des sommets à ses jeunes pépites depuis plusieurs saisons.

Roland-Garros : Nadal fait plier Djokovic and qualified for the demi-finals

Sur la guerre en Ukraine, la championne semble pas, là encore, prête à endosser le costume de sportive la plus reconnue de Pologne derrière le footballeur Robert Lewandowski, d’ailleurs venu l’encourager en tribunes, samedi. She is happy to rappel that “le sport est souvent instrumentalisé par les politiques”. Plus à son aise lorsqu’il s’agit d’évoquer sa passion pour le tennis de Rafael Nadal, « j’écrivais dans un petit cahier, tout ce qu’il faisait jusqu’à l’age de 15 ans »she will hold l’Espagnol in finale du tableau masculin, Sunday 5 June.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.